Drame·Littérature·Littérature espagnole

Le fleuve des souvenirs de José Maria Merino

Le fleuve des souvenirs est le livre de la rentrée littéraire des éditions Faubourg-Marigny.

Certaines lectures sont déconcertantes. Elles nous embarquent au-delà de notre zone de confort et nous confrontent à un univers, un style ou un thème bien loin de notre confort habituel.

« Le fleuve des souvenirs » fait partie de ces lectures.

En ouvrant le roman de la rentrée littéraire des éditions Faubourg-Marigny, je n’attendais rien de plus qu’un bon moment de lecture. Rien ne laissait présager que je me retrouve dans les méandres d’un livre attachant mais bien biscornu.

Ce livre est déjà disponible chez les meilleurs libraires.

« Le fleuve des souvenirs » a été écrit par José Maria Merino, auteur espagnol agueri. Plusieurs de ses oeuvres ont été traduites en français. Ce roman a reçu en 2021 le prix des lettres espagnoles. Néanmoins, pour moi, c’était une découverte.

Ce fleuve est celui de la vie d’un couple, formé par Tere et Daniel. Tere et Daniel se sont follement aimés. Aujourd’hui, leur amour n’est plus. Seul vestige de leurs sentiments si forts, Sylvio leur fils unique, porteur d’un handicap.

Aujourd’hui, Tere n’est plus. Daniel part donc avec Sylvio, selon les volontés de Tere, déposer les cendres de son amour perdu dans une lagune au fin fond du fleuve. Là, il y a longtemps, ils ont vécu ensemble les prémices de leur histoire.

Le résumé de l’auteur!

Tel un caméléon ou les virages que prend le fleuve, mes sentiments vis à vis de ce livre ont variés. Dans un premier temps, je me suis laissée absorber par l’écriture poétique de l’auteur.

Quel plaisir de découvrir l’harmonie des mots, les descriptions fabuleuses des paysages! Très vite cependant, la construction grammaticale m’a perturbée… Il n’est plus dans nos us et coutumes francophones d’utiliser le passé simple!

J’ai vécu cette lecture en déséquilibre. Et pourtant, ces choix grammaticaux ont tout leur sens car eux seuls aiguillent le lecteur sur le moment de la lecture… Car oui, passé et présent s’emmêlent sans crier gare.

Une petite mise en bouche…

Une grosse partie du récit est rédigée à la deuxième personne du singulier. Ce choix donne une proximité avec le personnage de Daniel, une sorte de fusion entre cet homme et le lecteur…sauf que moi, je n’avais pas envie de me sentir proche de lui.

Son attitude, ses réactions, sa fuite ne me conviennent pas. Daniel est un personnage lâche…Certains diront que c’est un homme, je n’aime pas ce raccourci.

Cependant, cette proximité m’a permis de comprendre certains comportements et m’a donné une vision très claire de la personnalité de Daniel. Cette approche est intéressante.

Pour la petite histoire, c’est la traductrice Thyphaine Ducellier qui a proposé ce roman à la maison d’édition.

Le couple formé par Daniel et Tere est le reflet de ce que la vie fait de nous, de nos passions, de nos amours. Leur histoire est finalement banale et ne peut être contée que par quelqu’un qui a un vécu, une expérience de la vie.

Ce roman est empli de l’expérience, des déceptions, des joies, des réflexions sur le temps qui passe de son auteur. Pour cela, il est un fabuleux livre à découvrir.

Tout comme le Tage, fleuve suivi par ce duo père-fils, notre vie est bien loin de nos aspirations initiales. A certains moments, l’heure du bilan s’impose. Ce roman est là pour nous le rappeler.

Durant toute ma lecture, j’ai eu en tête le titre de ce film d’Etienne Chatiliez: La vie est un long fleuve tranquille… Si seulement… Le fleuve est-il si tranquille? Ne cache-t-il pas comme la vie d’obscures vérités?

Quels que soient nos actes, libre à nous d’en modifier la trajectoire. C’est ce que je retiendrai de ce roman qui me laisse un sentiment doux et amer à la fois. Une jolie découverte à laquelle je t’invite à laisser sa chance.

Bonne lecture!

Drame·Littérature·Littérature française·Roman·Roman choral

Sur les balcons du ciel de Sophie Rouvier

Ce roman de Sophie Rouvier est sorti en mars 2020 sous le nom de Sophie Henrionnet.

Cet été, j’ai lu le dernier roman de Sophie Rouvier sorti avec le printemps dernier en poche.
« Sur les balcons du ciel » est un roman a 2 voix. La voix déjà usée d’un adolescent, Vadim et la voix d’une femme, Alma, à l’aube de la quarantaine. Sans le savoir, ils vivent sous le même toit, dans un immeuble que l’on suppose parisien.

La vie n’a pas épargné Vadim. L’amour ne fait pas de cadeaux à Alma. Vadim fait partie des victimes collatérales des attentats terroristes. Son papa est mort sous les balles des terroristes dans une salle de concert.

Alors qu’il a à peine recollé les morceaux de cette perte, son amie Valentine meurt subitement. Le deuil de l’une ravive en lui le deuil de l’autre. Vadim sombre, perd le sens de la vie…et trouve refuge sous la voute céleste, installé sur les toits.

Sa vie solitaire bascule le jour où il chute par accident sur la verrière d’Alma. Plus de peur que de mal! Par contre, le hasard de cette rencontre fortuite va amener Alma et Vadim à se découvrir…

Résumé de l’éditeur!

La plume de Sophie Rouvier est déconcertante. Elle peut désorienter le lecteur qui s’attend à quelque chose de plus léger, de plus feelgood. Forte d’intériorité, de maîtrise et de poids, elle mène le lecteur dans un univers intéressant.

Chaque mot est pesé, choisi en soutien au récit. Certains moments sont pesants malgré une touche d’humour. Lire un roman de l’autrice est s’autoriser un voyage au cœur de l’intimité des personnages.

Leurs ressentis, leurs états d’âme, leurs colères et leurs doutes, rien ne nous est épargné. Avant de démarrer cette lecture, il faut le savoir et se sentir prêt à accueillir ce package vibrant.

Une petite mise en bouche…

Au cœur de l’été, cette lecture fut pour moi en décalage complet avec la légèreté estivale. Je n’en ai pas pour autant moins apprécié le récit et l’écriture offerte.

Durant le lecture de ce roman, je suis passée par une multitude d’émotions. De véritables montagnes russes, entre incrédulité face à la situation de Vadim, désarroi de le savoir si seul, compréhension, empathie, crainte de le savoir en danger seul sur les toits, plaisir d’accompagner amitié naissante ou de découvrir l’avis de Vadim sur la vie amoureuse d’Alma.

« Sur les balcons du ciel » sera une très bonne lecture à glisser dans une pile à lire cet automne. Sous un plaid réconfortant et une boisson chaude au creux des mains, tu pourras te laisser emporter sur les balcons du ciel, le cœur en vrac mais le nez dans les étoiles.

Belle lecture à toi!

Audio·Drame·Littérature·Littérature française·livre audio·Roman

Les ailes collées de Sophie de Baere

Un coup de coeur!

Parfois, nous avons l’impression que certains avis sont surfaits, que certains retours manquent de clairvoyance ou de sincérité…

Parfois…

Parfois, je suis les avis. Parfois non. Ne pas les suivre peut être un risque. Celui de passer à côté d’une pépite.

Toi qui lit cette chronique, peut-être ne me croiras-tu pas si je te dis que tu dois absolument lire « Les ailes collée de Sophie de Baere.

Dommage pour toi!

Oui! Tu dois absolument te lancer dans la lecture ou l’écoulecture du dernier roman de Sophie de Baere.

« Les ailes collées » est publié aux éditions JC Lattès. Il a reçu le prix 2022 « Maison de la presse ». Depuis le mois de juillet, une version audio existe chez Audiolib! Elle mérite grandement le détour.

« Les ailes collées » est publié en grand format par les éditions JC Lattès ainsi qu’en audio chez Audiolib.

« Les ailes collées » est une histoire d’hommes. De ces histoires dont longtemps nous avons tu l’existence. « Les ailes collés » est une histoire d’amour, une histoire d’amour, une histoire bien plus banale qu’elle n’en a l’air.

Ce roman est empli d’humanité. Lorsque l’humanité pousse l’humain dans ce qu’il a de plus fabuleux ou de plus pervers.

Avec beaucoup de talent et de justesse, Sophie de Baere nous conte une histoire d’amour entre deux adolescents. De la rencontre entre Paul et Joseph naîtra un amour pur et beau, de celui que certains cherchent leur vie durant.

Pourtant, 1983, époque où s’aiment Paul et Joseph n’est pas prêt à vivre et à soutenir ces sentiments que la morale réprouve. Le monde des deux jeunes gens s’ébranle face à la violence et l’intolérance de leurs congénères.

Bien après, le jour de ses noces avec Ana, Paul voit ressurgir soudainement Joseph après de nombreuses années de silence. Ces retrouvailles réveillent en Paul ce douloureux passé ainsi que ses sentiments enfouis au plus profond de lui.

Une histoire d’amour entre adolescents…

Avant de parler du contenu de ce roman et de partager avec toi mon ressenti, je voulais féliciter Audiolib ainsi que Bernard Gabay pour l’excellent travail d’édition audio!

Ce roman audio est une pépite. Le lecteur restranscrit avec succès la poésie et l’émotion contenues dans l’écriture de l’autrice.

Ce roman « Les ailes collées » est une déclaration, une vitre de protection qui explose. Au fil des mots, les faits nous explosent à la figure. Les émotions aussi. « Les ailes collées » dévoile ces rêves d’ados brisés, ces amours contrariés, ces familles décousues.

Le personnage de Paul est attachant. Il porte à lui seul toutes les désillusions parentales, les erreurs de parcours, les faux-pas. Il affronte seul la violence vis à vis de sa différence.

Joseph est plus sobre et plus solitaire. Sa personnalité est plus volubile. J’ai souffert avec Paul de son inconsistance. Il est incroyable de réaliser que certains ne parviennent pas à rendre l’amour qu’ils reçoivent.

Les ailes de Paul sont collées. Arrivera-t-il à s’élever au dessus de des attentes et des difficultés d’aimer?

Ce livre est un coup de cœur. Je te le conseille tant pour son histoire que pour l’écriture agréable de l’autrice. Ce roman est brillamment bien écrit. Il se dévore!

Une chose est certaine, je lirai très prochainement un autre roman de Sophie de Baere! Son style me convient tout à fait!

Et toi? Déjà lu cette autrice? Quel livre? Note les titres en commentaire.

Tenté.e par ce roman? Dis-moi pourquoi en commentaire!

Bonne lecture!

Drame·Entretien·Littérature·Littérature française·Roman·Roman choral

Maïa Kanaan-Macaux: « Faut-il être des pages blanches pour être en capacité de voir la souffrance et tendre la main? »

En mai dernier, j’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec l’autrice.

Pendant près de 45 minutes nous avons pu échanger sur son roman, les personnages qui le composent et surtout sur la situation catastrophique des migrants.

Voici la retranscription de cet entretien. Ma chronique de son roman « Les exilés » publié par les éditions Julliard est disponible ICI.

Bonjour Maïa! C’est un plaisir de pouvoir discuter de votre roman « Les exilés » avec vous. Je ne suis pas journaliste, je suis institutrice de formation. Le personnage d’Isabelle, professeur de français m’a donc interpellée. Comment en est-elle arrivée à fuir? Je me doutais qu’il y avait une motivation…

Il fallait qu’il y ait une motivation. L’enseignement est un métier de sens, un métier de vocation. Pour qu’Isabelle soit en rupture comme cela, il fallait qu’il se soit passé quelque chose de grave.

Votre livre est un très très beau roman sur l’exil. Nous avons vu beaucoup d’images fortes sur la situation des migrants. Il y a quelques mois, il y a eu le flot d’Ukrainiens. Avant cela, il était question d’ arrivées massives en Méditerranée qui ne doivent pas avoir cessées mais dont on ne parle presque plus. Comment en êtes-vous arrivée à écrire sur ce thème?

J’ai rencontré des mineurs non accompagnés. J’ai longtemps vécu à Paris, dans un quartier où nous avons vu arriver des hordes de réfugiés. Ils vivaient à la rue, sur le périph’. C’étaient des bidonvilles. A un moment, c’était vraiment très impressionnant.

J’y ai vu des gens qui me semblaient très très jeunes. A ce moment-là, j’étais incapable d’aller vers eux car. Il faut le dire franchement, ça m’effrayait. Je ne savais pas par où le prendre. J’avais l’impression qu’ils étaient très nombreux. Il y avait des associations qui faisaient des choses mais moi, j’étais tellement accaparée par ma vie que c’était juste très compliqué pour moi de voir ça sans agir. Mais voilà, comme on fait souvent, on passe quand même à côté et on continue son existence.

Puis, je suis arrivée dans une plus petite ville avec un réseau fort et au moment du confinement, on nous a appelé en nous disant qu’il y avait des jeunes mineurs non accompagnés, mis à l’abri dans un hôtel. On nous a demandé si nous étions d’accord d’en parrainer un. Ils allaient être isolés pendant longtemps. Le confinement allait durer. Ils n’auraient plus de contacts avec l’extérieur. Est-ce que nous serions prêts à en prendre un en charge et à lui enseigner le français?

Donc via Whatsapp, j’ai envoyé au gamin un livre et nous avons travaillé par écrans interposés. Je me suis ainsi improvisée institutrice ou professeur de français. De ces rencontres quotidiennes est né une relation. Quand le confinement s’est terminé, il avait bien appris le français. Il avait fait beaucoup de progrès. Il est venu à la maison. Il a rencontré nos enfants. Je me suis un peu battue pour qu’il aille à l’école. J’ai envoyé des courriers.

Ensuite, on a dit à ce gamin, qui avait été mis à l’abri par le juge des enfants, qui avait été confié à l’aide sociale à l’enfance, que le département avait fait appel de la décision du juge. On lui a demandé ses papiers. Il a du aller à la police des frontières. Il était effrayé. Il s’est enfui.

Le livre est né de ce traumatisme. Du fait qu’un gamin de 15 ans, qui commençait à se sentir bien à un endroit, qui avait noué des relations, qui avait trouvé une formation, a été obligé de fuir à nouveau. Cette situation était insupportable. La seule chose que je savais faire pour dénoncer cet état de fait était d’écrire un livre. J’ai décidé d’écrire ce livre.

En face d’Ibrahim, puisque le roman est construit comme une sorte de double voix, j’ai donné une voix à cette femme, Isabelle, qui est tout à coup capable de voir parce qu’elle sort de sa propre existance. C’est la rencontre de ces 2 personnes, l’amitié, voir le lien de filiation qui va naître entre eux et comment l’un, l’autre, ils vont s’aider. Ce livre est le reflet de tout ce que nous apporte le fait d’ouvrir notre porte.

Toute l’humanité qui nous aide à nous relever dans les moments les plus sombres de nos vies et que nous avons tendance à oublier?

C’est ça! Le sentiment de donner du sens. La richesse de connaître une autre culture, de se pencher sur un pays que l’on ne connaissait pas, de découvrir pourquoi et comment on part. De revenir sur nos conditions, notre existence où l’on se plaint beaucoup. Prendre la mesure, quand même, à l’échelle de la planète du fait que l’on a le droit à l’éducation, à la santé, le droit au chômage…

En refermant le livre, je me suis dit que c’était dingue parce que moi, maintenant, européenne, si j’ai envie de faire un tour du monde, avec mon passeport, je vais partout. Quasi aucun pays ne me fermera ses portes. On va certainement me dire, au bout d’un moment, que je suis restée assez longtemps sur le territoire. Si je n’abuse pas, jamais personne ne me traitera comme Ibrahim est traité.

Exactement. Nous pouvons aller partout et eux, ne peuvent aller nul part. C’est vraiment l’idée de mon roman. Quand les migrants sont en danger, personne ne va les secourir, alors que pour nous c’est une évidence.

Totalement, alors que les mineurs sont censés être protégés par la convention des droits de l’enfant ratifiée par la Belgique et la France.

Tout à fait. L’aide à personne en danger est quelque chose qui ne peut pas être remise en cause. Pourtant, ça l’est. Je voulais revenir sur cela. Je voulais également revenir sur ce qui fait que nous avons tous ces droits mais qu’ils ne sont que pour nous et pas pour les autres. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas là-dedans.

Le fait qu’Ibrahim n’ait pas de papiers est déterminant dans la manière de le considérer.

L’Afrique ne fonctionne pas comme l’Europe. L’état civil est souvent inexistant. Ibrahim est donc inexistant comme beaucoup de gamins qui viennent des campagnes. Comment vous faites quand vous n’existez pas? C’est juste ça. Il n’existe pas.

Le titre est au pluriel. Le lecteur comprend très vite qu’il n’y a pas qu’Ibrahim qui vit un exil. Isabelle l’est aussi. Plus tard dans le roman, Jean apparait. Jean, lui aussi, est un exilé volontaire. Vos trois personnages vivent trois sortes d’exils différents. Pensez-vous qu’il y ait encore d’autres formes d’exil?

Je pense qu’il y a des moments dans la vie où on se sent comme un exilé. Nous avons l’impression d’être contraint de regarder, de partir ailleurs et de voir les choses autrement. Il faut du courage pour ça!

Ce que fait Isabelle est courageux. On pourrait dire qu’elle exagère…Elle quitte son mari. Mais ce qu’elle veut, c’est les sauver. Elle veut vivre, elle veut le laisser vivre. Elle sent bien qu’ils vont mourir tous les deux dans cette douleur. Il n’y a pas d’autre issue. La seule est de partir.

Je la trouve très courageuse. Il est rare d’avoir ce courage. Ce courage ouvre des portes à une nouvelle vie, un nouveau regard, de nouvelles personnes. C’est pour cette raison que même si le sujet est très dur, je voulais qu’il y ait de l’espoir.

L’Homme est toujours en capacité de se réinventer tant qu’il le peut. Parfois ça vaut la peine d’oser.

Pour moi, Jean n’est pas tant exilé que ça.

Je voyais un exil dans sa solitude. Il vit en communauté sans vraiment y être.

C’est vrai. Ils sont tous les trois solitaires, même tous les quatre car Marie aussi. Chacun a à sa manière un côté revêche.

Surtout Marie! Moi qui ai enseigné longtemps, je sais que certains enfants sont déjà comme cela petits avec le franc-parler. Ils n’hésitent pas à te remettre à ta place. Ils ont la vérité de l’enfance.

Marie a une douleur de petite fille. Elle a vécu, elle aussi, quelque chose de dur. Le livre parle de personnages qui sont dans une forme de solitude. IIs cherchent à reconstituer un cercle, une famille. Ils créent la famille que l’on se choisit.

J’avais envie de dire les choses de façon crue, de raconter ce qu’est l’exil, les difficultés de l’exil. J’avais envie de faire un livre qui soit lumineux.

D’où le choix du midi et de sa douceur pour ceux qui sont du Nord?

Pour Isabelle, oui! Elle veut aller à un endroit qu’elle ne connait pas. On se rend compte que dans son imaginaire, le Midi est un lieu où elle a déjà été et que c’est un souvenir positif. Nous sommes tous constitués de choses invisibles, de nos madeleines, de moments précieux et protégés qui nous ont fait du bien. Inconsciemment, nous allons vers ça. C’est intéressant!

Ce qui m’intéressait aussi était que nous soyons à proximité de la frontière italienne par laquelle beaucoup de migrants arrivent. La vallée de la Roya est un territoire à part. Il est isolé. C’est une terre d’accueil. Il y a eu une tempête terrible qui a fragilisé ses habitants. L’idée pour moi est que la force vient aussi de nos fragilités. Chacun de mes personnages, plus ou moins difficilement, essaie de se réinventer. C’est très vivant.

Chaque personnage bascule à un moment ou l’autre du récit. Au niveau de l’écriture, des mots utilisés, vous restez fort pudique au niveau des émotions, des ressentis. C’est sans doute lié au fait qu’ils soient solitaires et qu’ils expriment peu leur ressenti. J’ai aussi eu le sentiment qu’il y avait une volonté de votre part de se concentrer sur la reconstruction, sur la difficulté, sur le concret. De ne pas partir sur une description émotionnelle qui prendrait trop de place.

Quand on aborde un sujet comme celui-ci qui est déjà tellement sensible, il faut être très vigilant aux mots utilisés sinon le pathos dessert l’histoire. Les personnages ne peuvent pas être pathétiques. Il n’y a jamais de complainte. Il y a une très grande intériorité.

Les jeunes rencontrés et ayant fait la traversée ne vous raconteront jamais ce que c’est que le voyage si vous ne les interrogez pas. C’est un acte d’une très grande générosité quand ils le font.

Ce qu’ils vous racontent est juste intenable. Vous ne pouvez pas y aller avec vos gros sabots. Ils se retrouvent eux aussi devant cette grosse difficulté quand ils sont face à quelqu’un qui doit les évaluer.

Comment raconter ce que vous avez vécu? Comment évoquer le copain que vous avez laissé dans le désert? Comment? Vous n’avez juste pas du tout envie.

Vous ne connaissez pas la personne qui est en face de vous. Vous savez que vous allez vous mettre à chialer. C’est juste impossible. Du coup, leurs récits sont très lisses.

Si vous n’allez pas un peu chercher, ils ne vous raconteront pas. La pudeur est dite dans les silences. Nous sommes tous incapables de parler de choses qui nous ont fait souffrir.

Ce que vous dites évoque chez moi « La carte postale » d’Anne Berest. Dans ce récit, la grand-mère de l’autrice survivante de la shoah tait à sa descendance son histoire et celles de sa famille pendant la guerre car pour elle, c’est impossible d’exprimer le traumatisme. C’est trop douloureux. En vous écoutant, je repense aussi à ce qu’une de mes cousines instit maternelle a vécu avec des enfants syriens. Lorsqu’un hélicoptère ou un avion passait au dessus de l’école, certains enfants se mettaient en boule dans la cour de récréation. D’autres enfants avaient tous le même nom et le même prénom parce que les passeurs avaient vendu à leurs parents une nouvelle identité. Ces enfants et leurs parents en ont perdu jusqu’à leur propre identité.

On ne mesure pas l’impact de la migration sur les migrants. La question de l’identité est très importante. Quand vous avez tout perdu, les photos de votre famille, même votre nom que l’on vous contraint à changer…à quoi ça rime de ne pas entendre, de ne pas être capable d’accueillir dignement ces gens?

Ils ont tellement dû mentir pour arriver jusqu’ici que quand ils sont enfin arrivés, ils continuent leurs mensonges par peur de devoir retourner au point de départ.

Ils ne savent jamais ce qu’ils ont le droit de dire. Ils sont d’office présumé menteurs. C’est comme l’histoire des tests osseux que tous les gamins passent… Ils ne sont jamais présumés innocents. L’accueil qu’on leur fait est quand même spécial.

Dans « Les exilés » vous racontez cet accueil. La manière dont vous le traitez m’a touchée. Il est incroyable d’avoir d’une part l’hypocrisie de ratifier des traités qui garantissent les droits humains et les droits des enfants et d’autre part de tenir des propos comme de nettoyer la jungle de Calais au Karcher par exemple et d’adopter des comportements qui sont en opposition avec ces fameux droits.

Ce vocabulaire rentre dans la normalité. Cela m’effraie. Cela m’a poussé à terminer le roman pour qu’il sorte avant l’élection (présidentielle). Nous acceptons des choses qui sont juste inacceptables. Il y a une espèce de basculement de la société. Ce livre était une façon de remettre les pendules à l’heure, de poser la question de savoir quelle société nous voulons. Quelle est la société que nous construisons? Pensons-nous vraiment pouvoir continuer à vivre sous cloche. Est-ce vraiment la solution?

Nous pensons vraiment que nous pouvons faire abstraction de flux migratoires qui arrivent dans nos pays, qui sont incontrôlables. Au lieu de mettre en place un système de régulation juste et respectueux, nous faisons de mauvais choix…

Voilà…De toute façon, laisser mourir des gens ou condamner les gens qui les aident, qui les accueillent simplement chez eux, c’est intolérable.

Mettre en place des politiques, une organisation, oser se mettre d’accord ok mais il y a quelque chose qui est profondément hypocrite. En termes de droits humains, c’est tout simplement inadmissible.

Après, il y a la question du travail. Quand on regarde les mineurs accompagnés, c’est une force de travail qui est impressionnante. Ces jeunes sont volontaires. Ils sont prêts à faire n’importe quoi. Pourquoi se priver de ces bonnes volontés.

Basiquement, économiquement, il y a des secteurs qui manquent de main d’œuvre. Il y a quelque chose que je ne comprends pas bien dans le système actuel. Comme, si nous, citoyens, nous ne pouvions pas nous dire qu’au fond, nous ne vivrons pas plus mal si ils sont là, qu’en les intégrant, cela passera mieux. Nous sommes en capacité de mettre cela en place.

Clairement! En Belgique, nous avons toujours été au croisement de différentes puissances. Déjà avant l’an mil, nous étions à la croisée de tous les chemins. Notre population est de toute façon de par notre histoire, une population brassée.

En quoi le brassage est-il devenu tout à coup un problème?

Peut-être qu’au niveau politique, certains choix ont provoqué l’isolement?

Il n’y a pas une parole forte qui dit que l’immigration n’est pas un problème. En changeant la façon de l’aborder, on peut en changer la perception. Il faut du courage pour avoir cette parole-là. Personne n’ose l’avoir.

Lors de la préparation du livre, vous avez eu des contacts avec ces jeunes. Est-ce que quand vous vous êtes rendu compte des failles du système, avez-vous demandé pour avoir un contact avec toutes ces administrations, avec cette lourdeur administrative?

Oui oui!

Ils vous ont entendu? Ils ont répondu à vos questions?

Pour le cas d' »Ibrahim », ils m’ont dit qu’il mentait alors que les tests osseux lui donnaient raison. Ils prétendaient ne pas avoir le même son de cloche que moi. J’ai eu accès aux documents de l’avocat. Leur défense ne tient pas. Il ne s’agit que d’une question de chiffres et d’argent. Le problème aussi est de savoir sur quelle administration repose la responsabilité de ces jeunes. Cette gestion est certainement beaucoup trop lourde pour cette administration-là.

Il est important je pense de préciser qu’il y a certainement de gens qui font très bien leur job dans ces administrations. En France, c’est sur une seule administration que repose la responsabilité de décider qui accueillir ou non?

Oui! Il s’agit de l’aide sociale à l’enfance. Je ne suis pas certaine qu’ils soient outillés pour cela. Cette tâche est très lourde pour eux. Les éducatrices ont énormément de gamins à devoir aider. Je voulais mettre en lumière et non accuser.

Là où pour moi, ça ne va pas, c’est quand l’aide sociale à l’enfance appelle la police pour récupérer les gamins alors qu’ils sont sensés les protéger. Là pour moi, ça ne fonctionne vraiment pas.

Par contre, j’entends parfaitement bien que ce soit très très compliqué pour eux à gérer. Les associations proposent sans arrêt de collaborer et elles ont beaucoup de mal à être entendues. Pourquoi la société civile ne vient pas en renfort?

On comprend bien que l’état ne peut pas tout faire. Nous sommes en capacité de le faire, nous l’avons vu avec l’Ukraine. Pourquoi ne sommes-nous pas capable de le faire avec les mineurs? Avec ceux qui ont le plus besoin de protection?

La politique choisie est celle de dire « Vous n’êtes pas les bienvenus » et de les refouler au lieu de se mettre d’accord avec les associations pour essayer d’accueillir le mieux possible, de créer des projets de vie pour ceux qui sont là.

Et aussi de créer des ponts entre les villes qui ont tendance à accueillir plus parce qu’elles sont à proximité de frontières ou autres et d’autres endroits en France?

Maintenant, il le font, ils envoient les gamins ailleurs. Mon intention n’était pas de critiquer absolument l’administration…

Bien entendu. Cependant, le lecteur sent un constat amer.

Oui, il y a un agacement quand on met en péril, quand on fragilise à ce point des jeunes qui sont déjà extrêmement fragilisés parce qu’ils sont arrivés jusque là. C’est cela qui me met très en colère. On a l’impression que le système va les achever. Et c’est vrai! Psychologiquement, nous les achevons. Ce n’est pas tolérable!

Votre roman est emprunt d’humanité. Il transpire même d’humanité envers chaque personnage. Aussi bien d’Ibrahim vers Isabelle, d’Isabelle vers Ibrahim, de tous ces gens autour d’eux qui les aident et qui les portent sans poser de question. Ca c’est épatant. Cette aide gratuite est même encore plus impressionnante vis à vis d’Isabelle. Car elle a le choix de ne pas devoir se justifier alors qu’elle craint cette justification.

A un moment donné, Isabelle se demande pourquoi elle doit porter toute seule le poids de cet enfant. Elle est en colère contre ça. Prendre un jeune en charge comme elle le fait est une grosse responsabilité. Mais la situation d’Ibrahim est intolérable alors elle y va au risque de ne plus pouvoir se regarder dans le miroir.

Bien entendu, dans mon livre, je dénonce certaines choses mais l’intérêt que je portais allait plus vers la résilience. Ce que les personnages construisent ensemble et ce qu’ils sont capables de mettre en œuvre est ce qui m’intéresse dans l’écriture. C’est ce qui nous tient ensemble, ce qui fait société, ce en quoi je crois, ce qui a du sens dans l’existence.

Dans ce roman, le lecteur trouve vos valeurs! Vous pourriez écrire sans ces valeurs derrière?

Non, je ne pense pas. Je crois que ce serait compliqué. Après, ça peut être des valeurs humaines plus intimes. Dans une période où nos sociétés sont extrêmement fragilisées à tous les niveaux, remettre la question du sens au cœur du débat et de la solidarité, de choses qui ne sont pas valorisées du tout.

Ce n’est pas que ces valeurs n’existent plus, elles ne sont plus mis en avant.

C’est ce qu’on disait tout à l’heure mais pourquoi l’état ne nous dit pas: « Nous avons besoin de vous. » comme ils l’ont fait avec l’Ukraine. Pourquoi on ne nous dit pas » Le monde ne va pas très bien, voilà ce que nous pouvons faire parce que nous ça va pas si mal ici quand même, finalement ». Nous l’avons vu aussi avec la crise covid comme nous avons été en capacité de rebondir. Il faut arrêter d’être nombriliste. La solution n’est pas de se mettre sous cloche.

Si je prends le personnage d’Isabelle, je me dis qu’elle n’a pas vécu ce que vit ou a vécu Ibrahim entre le moment où il a quitté son village et le moment où il arrive en France. Pourtant, ce qu’elle a vécu est très douloureux et peut mettre quelqu’un à terre également. Il y a pour moi un parallèle entre la chute que nous, qui avons tout, pouvons vivre et puis la chute de quelqu’un qui n’a rien, qui se vide et s’épuise de sa substance pour arriver à acquérir ce que nous avons … Voyez-vous ce lien?

Isabelle n’a plus rien à perdre.

Ibrahim part de son village en se disant qu’il n’a rien à perdre et finalement, au fur et à mesure de la lecture, le lecteur réalise qu’il a tout perdu.

En tant que citoyenne et mère de famille, je n’ai pas eu le courage d’installer ce jeune homme à la maison (celui aidé pendant le covid). J’ai eu peur pour l’équilibre de notre famille. Je m’en suis terriblement voulu après au regard de ce qu’il s’est produit. C’était ce que je devais faire…Quand est-ce qu’il faut passer le cap? Il y a des bénévoles qui font un travail incroyable, qui accueillent chez eux et qui n’ont pas besoin de vivre un drame pour le faire. Quand est-ce qu’on est capable de vraiment y aller? De vraiment aider quelqu’un? C’est ça la question. Ce n’est pas si facile. Je n’ai pas la réponse.

Peut-être qu’être fragile, qu’être justement à vif permet de ressentir la souffrance de l’autre?

C’est pour cela que le personnage d’Isabelle est dans cette situation. Quand tu n’as plus rien à perdre, tu y vas et tu rencontres qui tu rencontres. Il se tisse ce qui doit se tisser. La page est blanche. Faut-il être des pages blanches pour être en capacité de voir la souffrance et de tendre la main?

Grande question…

Un autre point interessant du personnage d’Isabelle est qu’elle vient de la campagne. Elle a grandi dans une ferme. Mine de rien, c’est un exil également. Quitter sa ferme pour la ville. Isabelle a fait la même chose d’Ibrahim. Elle a quitté sa famille, son village pour un ascenseur social. Cette décision l’a coupée des siens. Là aussi, il y a un parallélisme. Isabelle est capable de comprendre Ibrahim parce qu’elle a vécu la même chose que lui. La difficulté quand tu arrives à Paris. Le mal au ventre , la peur, l’inconnu…elle l’a connu. A un degré moindre bien sûr.

Vous êtes productrice d’événements culturels. A quel moment y a-t-il eu la bascule entre votre métier et l’écriture? « Les exilés » est votre troisième roman.

Ca s’est fait progressivement. Je continue à produire. J’ai écrit des films documentaires. Mon mari réalise des films documentaires. J’ai beaucoup écrit avec lui. Depuis toujours, je sais au fond que ce qui m’intéresse vraiment c’est l’écriture. C’est le roman et c’est donner une forme à une histoire. Trouver la forme d’une histoire. Ce n’est pas si simple mais c’est ce qui est passionnant. Je l’ai fait avec mon premier livre « Avant qu’elle s’en aille » qui est un roman autobiographique. J’y raconte l’histoire de ma famille avant que ma mère ne perde la mémoire. Je fais des aller/retours entre hier et aujourd’hui. Il y a aussi une famille avec des engagements, des valeurs fortes. Une famille multiculturelle où l’exil a sa part. Ce qui me passionne dans l’écriture est de donner forme à l’histoire.

Sinon la lecture fait partie de votre vie?

Oui! Quand j’étais enfant, je détestais lire. C’était la corvée quand on m’offrait un livre. Je disais « Ah non…encore… ». Puis, à l’adolescence, j’ai découvert la lecture. J’avais vécu un deuil. C’était un moment difficile. La lecture m’a permis de comprendre que je n’étais pas seule, qu’avec les mots, il était possible de transmettre des choses très fortes, des choses que je ressentais et qui pouvaient être partagées. La lecture a été la plus belle découverte de ma vie.

C’était quel livre?

Il y en a eu plusieurs. Il y a eu « Madame Bovary », j’avoue. Il y a eu toute une période où j’ai lu Nina Berberova et j’étais fascinée. Je me suis surtout rendu compte de la portée que pouvaient avoir les mots.

Et la construction de soi en regard ou en miroir…Vous avez découvert le pouvoir de la lecture?

Oui c’est ça.

Avez-vous un livre de chevet? Un livre qui vous accompagne?

Non, je n’en ai pas. Je suis très éclectique dans mes lectures. Je ne pourrais pas vous en citer un comme ça.

Et pour le moment c’est lequel?

Alors pour le moment, j’en lis deux. Je suis justement en pleine lecture de Mona Chollet (Sorcières, Réinventons l’amour). Un livre sur le féminisme très inspirant. Je le lis par bribes. Je lis aussi un livre écrit par le prof d’histoire de ma fille sur le vélo. Je lis ces deux livres-là. Il y a des auteurs qui ont eu un rôle plus important dans ma vie mais je ne peux pas vous en citer comme ça. Il y a Annie Ernaux. Je la cite beaucoup parce qu’elle est vraiment une source d’inspiration. Il y a beaucoup de jeunes auteurs qui ont beaucoup de talents. Je lis beaucoup de littérature contemporaine.

Avec une touche de féminisme?

Oui! Je trouve qu’elles assurent. Elles écrivent bien.

Il y a une libération de la parole.

Vous trouvez aussi? Les écrits sont souvent très puissants.

Mes filles de 15 et 21 ans portent très fort leur féminité. Nous sommes dans une période où les (jeunes) femmes ont besoin d’égalité.

Je partage ce constat également. Mes filles ont presque le même âge. Elles sont bien plus loin que nous.

Pourtant, j’avais déjà un peu l’impression d’être plus loin que ma mère quand j’avais leur âge.

Bien sûr mais elles, elles nous ont dépassées ces dernières années avec les révélations #metoo. Elles ont franchi le cap. Nous, on enterrait encore un peu.

On se disait que c’était pas si grave...

C’est ça…

Beaucoup d’hommes de 40, 50 ans disent encore que la femme l’a cherché

Non, là, maintenant, ce genre de chose ne peut plus passer. Maintenant, c’est une mauvaise période pour les hommes. Il y en a plein qui sont super cleans et qui n’ont jamais mal agi.

Pas de projet d’écriture sur un thème féministe?

Non. Il y a une écriture en cours. Cela fait quelques années que je travaille sur la confrontation entre une famille de citadins qui arrivent à la campagne et les autochtones. Les élections m’ont beaucoup interpellée. Ce vote massif pour Marine Lepen dans les campagnes alors que les villes ont voté autre chose mais certainement pas l’extrême droite. Il y a un clivage qui s’est installé et qui est très problématique. La société ne fait plus vraiment corps. J’aimerais trouver une forme, un récit qui mettrait en confrontation ou en coexistence des gens venus de la ville et de la campagne.

J’ai hâte de découvrir cela! Merci pour vos partages! C’était vraiment très intéressant.

Drame·Littérature·Littérature française·Roman choral

Les exilés de Maïa Kanaan-Macaux

Les exilés de Maïa Kanaan-Macaux est à découvrir!

L’exil…ce thème présent partout…

Particularité de notre société, nous qui fûmes nomades à l’aube de l’humanité.

L’exil est au coeur de l’actualité depuis toujours. Il façonne et mélange nos peuples, ouvre des portes ou les ferme.

De tout temps, les exilés ont été montré du doigt, exclus, jugés responsables des pires fléaux…et aussi accueilli et aidé.

Cette rentrée littéraire nous offre plusieurs livres sur le sujet. Ce n’est pas pour autant qu’il faut en oublier les autres livres proposant cette réalité.

Les exilés est publié par les éditions Julliard!

Aujourd’hui, je te propose de découvrir un petit roman passé beaucoup trop inaperçu à sa sortie au printemps dernier.

Son titre dit tout: « Les exilés ». Ecrit par Maïa Kanaan-Macaux, « Les exilés » a été édité au printemps dernier par les éditions Julliard.

J’ai été très touchée par cette lecture. Une histoire qui devient presque banale…Qui ne le devrait pas…

J’ai également eu la grande chance et un immense plaisir de m’entretenir avec Maïa Kanann-Macaux à l’issue de ma lecture. Je t’invite à lire l’entetien qui sera publié ICI!

Petit souvenir de ma rencontre avec l’autrice.

« Les exilés » raconte l’histoire d’une rencontre. A la descente du train qui l’éloigne d’elle-même, Isabelle croise Ibrahïm. Isabelle a quitté la grisaille de sa vie. Elle a tout laissé derrière elle pour rejoindre le Sud, promesse de douceur.

Ibrahïm, lui, a quitté la lumière de la Guinée. Poussé par ses parents, il a quitté son village pour tenter sa chance en Europe. Il vient lui aussi d’arriver en ville.

Après des mois d’errance, rythmés par les difficultés et les horreurs, il trouve refuge dans le même hôtel social qu’Isabelle.

Peu à peu, Isabelle et Ibrahïm vont s’apprivoiser et s’entraider afin de surmonter leurs blessures respectives…de cet exil volontaire ou non…

Le résumé de l’éditeur

En mettant l’un à côté de l’autre ces 2 personnages aux histoires différentes, Maïa Kanaan-Macaux nous partage la réalité de ceux qui ont fui. Fuir aujourd’hui, ce n’est pas uniquement fuir un pays. C’est aussi se fuir soi-même.

J’ai été très touchée par le personnage d’Isabelle. Son départ semble incroyable et incompréhensible. Très vite, le lecteur découvre ses failles, ses douleurs, son questionnement.

Un jour ou l’autre, nous serons peut-être amenés nous aussi à fuir. Ce roman, inspiré de faits réels, nous rappelle notre humanité, notre besoin de suivre notre voie, d’accepter l’inéluctable.

Petite mise en bouche…

Aujourd’hui, notre société consacre beaucoup de moyens pour traquer et exclure ces exilés… Ces traques ont un coût social et financier.

Ne serait-il pas temps de penser à transférer temps, énergie et argent vers des iniciatives plus en adéquations avec la réalité du terrain?

Lire « Les exilés » est un premier pas…