Historique·Littérature anglaise·Roman·Saga familiale

Hôtel Portofino de J.P. O’Connell

Le bébé d’été de la maison d’édition Faubourg-Marigny

Qui n’a jamais rêvé de vacances au bord de la riviera?

Une vue époustouflante, la mer bleue de la méditerranée, la dolce vita italienne. Un cocktail idéal pour l’été.

J.P. O’Connell, écrivain et journaliste anglais, te propose un voyage dans cette cité balnéaire de luxe aux portes de Gênes par l’intermédiaire de son roman « Hôtel Portofino« , le roman de l’été des éditions Faubourg-Marigny.

Une histoire de famille durant les années 20.

Il est certain que ce roman historique t’offre de nombreux atouts si tu es à la recherche d’évasion et à l’affut des joies de l’été méditerannéen.

L’hôtel Portofino prend vie au lendemain de la première guerre mondiale. Cet endroit est une pension de famille aux prétentions luxueuses. Elle est riche du savoir-vivre britannique de ses propriétaires.

Après avoir vécu les affres du conflit meurtrier, la famille Ainsworth a quitté l’île britannique afin de prendre un nouveau départ sur les bords de grande bleue. Bella, la mère, a décidé d’investir dans cet hôtel à Portofino.

Alors que les premiers clients arrivent, Bella se voit confrontée à de nombreux déboires. Même si l’époque est propice à la fête et aux excès des années folles, elle est également le terreau du fachisme et de la première crise financière.

Comment Bella va-t-elle garder le cap, tenir la barre afin d’éviter l’implosion de sa famille et de son projet ?

Le résumé de l’éditeur

Malgré une immense motivation avant de lire ce roman, la magie n’a pas opéré comme je l’aurais souhaité.

Grande adepte de Downtown Abbey, je pensais m’épanouir dans cet hôtel.

J’y ai certes passé un bon séjour. Les hôtes étaient agréables même si je dois avouer que je les ai trouvés très particuliers.

Certains personnages m’ont intriguée… D’autres comme Mr Ainsworth père m’ont immédiatement été antipathiques.

L’ambiance sur place était assurée aussi bien par les vacanciers, le personnel, les proprétaires ou encore les autochtones.

Malgré les nombreux efforts, l’ambiance fut par moment assez lourde.

Pour te donner envie d’aller plus loin…

Ce roman est un drame. Je m’attendais sûrement à une comédie beaucoup plus légère.

Le roman, tout comme son époque, offre cette illusion de légerté. Or il n’en est rien.

Tout comme les personnages du récit, le lecteur est prisonnier des vestiges du conflit européen. La mort des uns est présente. Les blessures des autres crient sous le poids des convenances.

Les coupes de cheveux, les jupes plus courtes des femmes, les vacances ne sont qu’illusions. Néanmoins, ces audaces sonnent le glas de l’ancien régime, des convenances.

Le choc des générations est fort. Les esprits s’échauffent.

« Hôtel Portofino » a été adapté en série télé. Elle sera bientôt disponible en France. Pour les Belges, comme moi, la série est déjà disponible sur RTL replay… Elle est au programme de mon été.

J’ai hâte de découvrir cette adaptation…parce que la douceur de la baie de Gênes m’appelle, j’entends l’appel des vagues et que je sens le vent doux frémir sur ma joue.

Fantastique·Historique·littérature américaine·Saga·Saga familiale

Blackwater: La crue de Michael McDowell

Ce roman des années 80 réédité par les éditions Monsieur Toussaint Louverture fait le buzz!

Je t’entends, toi le.a sceptique.

Celui.le qui pense trop fort.

Je t’entends te dire mentalement: « Encore une qui a succombé au matraquage et à la campagne marketing sans faille des éditions Monsieur Toussaint Louverture ».

Pense ce que tu veux.

Tu as grandement raison.

Et tu sais quoi?

J’ai kiffé à donf!

Premier de 6 tomes, La crue est un petit bijou visuel.

Blackwater est absolument partout depuis des semaines sur #bookstagramfrance. Tout le monde ou presque vente cette fabuleuse couverture (les autres sont canons également), cette histoire, ce découpage…

J’avais deux options:

Option 1: fuir

Option 2: me faire mon propre avis

Je n’ai pas résisté à la beauté de l’objet, à l’histoire intrigante, au format poche léger et pratique, au prix mini de 8, 40€ le livre… Comment ne pas succomber à ce merci écrit juste à côté du prix?

Et tu sais quoi? J’ai bien fait.

Un petit aperçu…

Dire que j’ai été emportée dès les premières pages serait un pieux mensonge.

Non, non.

La magie Blackwater a progressivement pris possession de moi.

Son atout coeur est sans hésitation le personnage d’Elinor.

Sortie de nul part, la jeune femme aux cheveux de feu est une des rescapées de la crue. L’eau est sortie de son lit et a inondé la ville de Perdido (mais quel nom…) en Alabama.

Nous sommes en 1919, à la croisée entre deux ères… La première guerre mondiale a tiré un trait sur les vestiges du 19ème siècle. Sauvée des eaux ou presque, Elinor s’installe dans la ville.

Elle conquiert le coeur de tous les habitants…à l’exception de celui de Mary-Love. Notable de la ville, Mary-Love Caskey est la mère de l’héritier de la scierie. Elle voit d’un mauvais oeil l’attachement de son fils Oscar pour cette Elinor venue de nul part.

A-t-elle raison d’y voir un mauvais présage?

Le résumé de l’éditeur

Tout au long de ma lecture, j’ai mordu de plus en plus à l’hameçon. Je suis à présent tout à fait accro et j’ai envie de savoir qui est vraiment Elinor? Quelles sont ses réelles motivations?

L’écriture de Michael McDowell est agréable et envoutante. A l’image de cette jeune femme mystérieuse…

Alors? Prêt.e à te laisser posséder par Blackwater? Plutôt réservé.e face à cette folie littéraire? Dis-moi tout!

Essai·Historique·livre audio

Les grandes oubliées: Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes de Titiou Lecoq

J’ai eu la chance de découvrir ce superbe essai grâce à Audiolib et Netgalley

Ces derniers temps, notre monde n’épargne pas les femmes. Malgré les lois, malgré les promesses, malgré les combats menés, les femmes restent encore invisibles.

Leurs cris ne sont pas entendus. Leurs douleurs ne sont pas comprises. Leurs talents ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Prends le temps de lire les commentaires en dessous des posts traitant des droits de femmes…Certains sont à vomir.

Sur l’histoire de l’Humanité, il est complexe de s’imaginer le rôle des femmes à travers les époques. Nous les imaginons dans les grottes de la préhistoire à couver leur nombreuse progéniture en même temps que le feu de la tribu.

La version papier est éditée par L’Iconoclaste.

A l’Antiquité, elles étaient lacives à Rome ou soumises à Athènes.

Au Moyen-Age, elles étaient bien à l’abri de hauts donjons, telles Raiponce, elles guettaient à travers les meurtrières le retour de leurs preux chevaliers…

Pour chaque époque, il est assez aisé de trouver une image de femmes dociles. Pourtant, il semblerait bien que la réalité des époques étaient bien différente de celle décrite dans nos manuels scolaires.

Dans son excellent essai « Les grandes oubliées, pourquoi l’Histoire a effacé les femmes » publié par L’Iconoclaste en version papier et adapté en audio par Audiolib , Titou Lecoq tente de remettre les pendules à l’heure.

La version audio est lue par l’autrice elle-même!

Elle réécrit ou rétablit l’Histoire avec succès en tenant compte de toutes ces sources et documents historiques mis volontairement de côté par la gente masculine bien pensante.

Pour ma part, j’ai eu la chance de découvrir la version audio. J’ai beaucoup aimé la lecture faite par l’autrice, elle-même. Une lecture par l’auteur.trice est pour moi un gage de réussite. Objectif atteint à la perfection!

Un fond sonore accompagne cette lecture au côté particulier. Il n’y a aucune longueur dans cet essai. Pas de temps morts. L’Histoire se déroule dans nos oreilles et la lecture en dynamise encore la véracité.

Fonce découvrir cet essai enrichissant!

A chaque écoute, j’avais l’impression d’aller rejoindre une copine ou un groupe de femmes. L’une d’entre elles nous partageait ses connaissances, ouvrait le débat, nous poussait dans nos retranchements, nos réflexions.

Ce livre est intéressant et instructif. Il me fait voir ma féminité différement. Il m’a chamboulé et a mis en mots certains choses que je devinais mais que notre monde rendait impossibles.

Non, les femmes n’ont pas toujours été des rôles secondaires. Non, les femmes n’ont pas toujours été dans l’ombre des hommes… Tu es comme moi? Tu t’en doutais un peu? Voir même beaucoup?

Que ce soit en audio ou sous son format papier, je te conseille de ne pas passer à côté de ce livre hyper important.

Eclairer nos croyances, améliorer nos connaissances, nous tenir informées est plus qu’indispensable dans ce monde qui modifie les droits des femmes en fonction des convictions philosophiques ou religeuses d’une poignée d’hommes.

Alors partant.e?

Historique·littérature américaine·Roman

La librairie des rêves ensevelis de Madeline Martin

La librairie des rêves ensevelis est sorti en 2021 aux éditions Charleston

Je suis certaine que toi aussi, il t’arrive d’avoir des déceptions livresques. Des livres que tu as vus et revus sur #bookstagram, que tout le monde encense… Du coup, tu es chaud boulette pour tenter l’expérience. Et puis…et puis…c’est un flop!

Tu auras surement remarqué qu’il m’arrive rarement de ne pas aimer un livre. Je ne suis pas une lectrice exigeante. Je trouve facilement mon bonheur et de nombreux points positifs. J’aime me laisser bercer par les récits.

Lorsque j’ai démarré la lecture de « La librairie des rêves ensevelis » de Madeline Martin sur ma liseuse Kobo, je m’attendais à une pépite. Après quelques chapitres, j’ai senti que chez moi, l’effet pépite n’aurait pas lieu.

Ce n’est pas grave.

Cela arrive.

Ce roman et moi n’avons pas réellement matcché!

Ma défection ne doit surtout pas te détourner de ce roman. Rien ne dit qu’il ne sera pas un de tes coups de coeur de l’année.

L’histoire est intéressante et pleine d’éléments qui donnent envie de s’y plonger.

Nous sommes en Angleterre, en 1939. Plus précisément à Londres. A l’aube de la guerre, Grace quitte sa campagne et s’installe à la capitale. L’accueil est plutôt froid. Sans référence, elle ne trouve pas l’emploi dont elle rêvait.

Alors qu’elle est loin d’être une férue de littérature, le seul job qu’elle parvient à décrocher est dans une librairie.

Progressivement, alors que la guerre et les bombardements s’installent, Grace trouve dans ses lectures un réconfort qu’elle n’hésite pas à partager avec un plus grand nombre.

L’idée est vraiment très prometteuse et pleine de jolies valeurs.

J’ai une foi profonde en la force magique des mots.

L’idée de Grace, de quitter sa campagne sécurisante pour la ville au moment où tout le monde tentait de faire l’inverse, m’a semblée saugrenue.

Certes…pourquoi pas.

J’ai lu énormément de romans historiques sur le sujet. Les rayons des librairies regorgent de ce type de romans. L’histoire britannique a été marquée par le blitz. Les descriptions et renseignements de la vie sous les bombes ne manquent pas.

Je pense que c’est là que chez moi quelque chose n’est pas passé.

J’ai trouvé le récit un peu léger…un petit peu comme si tout se résolvait avec facilité. A côté de cela, l’histoire est humaine.

Les livres jouent leur rôle d’assourdisseurs. Ils calfeutrent et rendent les épreuves plus légères à traverser.

C’est le message que je retiendrai de ce roman.

As-tu lu déjà lu ce roman? Te tente-t-il?

Dis-moi ce que tu en penses.

Est-ce que toi aussi, tu as plus de mal avec les coups de coeur des autres lecteurs?

Lesquels?

Classique·Historique·Littérature

L’Iliade d’Homère

Iliade est un chef d’oeuvre de la littérature et du patrimoine de l’humanité

Considéré comme un chef d’oeuvre de la littérature et du patrimoine mondial, l’Iliade est attribué à Homère, un aède grec ayant vécu environ 800 ans avant Jésus Christ. Il serait né sur les bords de la mer Egée et aurait beaucoup voyagé…

Bon…tu te demandes surement ce qu’est un aède.

J’ai envie de te dire qu’après avoir englouti les 24 chants de l’Iliade et les avoir digérés, je suis certaine que tu sauras ce que c’est.

Mais bon, comme il m’aura fallu près de 2 mois pour arriver au bout de cette composition poétique, je vais être sympa.

Un aède est un poète, tout simplement. Il voyageait de ville en ville pour se produire et chanter ses poèmes, bien souvent dans les riches demeures. Au Moyen-Age, Homère aurait été un troubadour.

Visiblement ses textes étaient très appréciés vu qu’ils sont parvenus jusqu’à nous. Nos ancêtres de l’antiquité lui portaient une affection particulière. Ils ont écrit de nombreuses biographies et sculpté des statues à son effigie près de 300 ans après sa mort.

Homère représenté bien après sa mort.

Pourtant, de nos jours, l’identité d’Homère est fortement remise en cause par les chercheurs de tout bord. Homère ne serait pas un seul individu. Il pourrait être un groupe d’aèdes ou alors une femme, voir même le fils de Télémaque ou d’un dieu.

Bref, les hypothèses foisonnent.

Ce qui est certain, c’est que le texte est arrivé jusqu’à nous.

Ce texte poétique en son temps ne l’est peut-être plus pour nous. Cependant, lors de ma LC avec Ynoowe, Emilie et moi avons beaucoup ri.

Ce livre n’est pas drôle!

Ne te méprend pas. L’Iliade n’est pas drôle. Elle n’a rien d’une comédie. Le genre est loin d’être burlesque. L’Iliade est un texte écrit à la gloire des héros de la guerre de Troie.

Lire l’Iliade c’est la mort…Au sens propre comme au sens figuré.

Cependant, quand tu lis ce texte à voix haute à une autre personne et que tu ne peux t’empêcher de faire des petits commentaires, il devient brusquement amusant.

Emilie et moi avions démarré une lecture commune organisée par Magda…Nous étions plusieurs dans le groupe. La lecture est tombée à l’eau. Finalement, nous avons décidé de continuer à 2 en pratiquant une lecture à voix haute.

Un chant par jour, lecture partagée, un jour sur deux, elle était la lectrice. L’autre jour sur deux, j’étais la lectrice.

Avoir deux versions différentes fut une aide précieuse plus qu’un obstacle. Les mots incompris par l’une étaient traduits par l’autre.

Plusieurs versions de l’Iliade existent.

Après réflexion, je me dis que proposer une nouvelle traduction modernisée plutôt qu’un texte traduit il y a 65 ans rendrait cet écrit plus accessible à nos contemporains.

Entre dans le texte est ardu. Accroche-toi! Il y a 2800 ans, on écrivait pas comme de nos jours.

Néanmoins, le vocabulaire est explicité et répétitif. Ca aide à la longue à s’imprégner de l’univers, à la multitude de guerriers héroïques (présentés grâce à leur arbre généalogique à rallonge), de dieux et de déesses tombés sur leur tête…sans oublier le reste de la mythologie.

L’Iliade est composé d’une quantité indéfinie de personnages divers. Bonjour les noeuds! Même Ariane a parfois du mal à tirer le fil!

A la longue cependant, nous nous y sommes fait également.

Résumé de l’éditeur!

Alors? Faut-il lire l’Iliade?

Je pense honnêtement que c’est un choix personnel et propre à chacun. La mythologie grecque et la légende de la guerre de Troie font partie de notre culture et de notre histoire. Elle est arrivée jusqu’à nous.

Cependant, il y a de nombreux livres qui dès l’enfance content les ecploits d’Achille, les bourdes de Pâris et les infidélités d’Hélène…même si à l’époque, je ne pense pas qu’elle ait réellement eu son mot à dire!

Ne t’attend pas à retrouver dans l’Iliade les nombreux scénarios hollywoodiens…

Perso, je n’y ai pas croisé Brad Pitt!

Et toi? Déjà lu l’Iliade? Tu as aimé? Ce récit dans sa version originale te tente-t-il?

Classique·Historique·Littérature

Odyssée d’Homère

Il ya plusieurs éditions de cette oeuvre libre de droit. J’ai lu la version Folio.

Quel est ton dernier défi livresque?

A côté des nombreuses propositions de challenges divers, certaines LC proposent de relever un sacré défi.

Ce fut le cas de Magda qui proposait l’automne dernier de lire l’Iliade et l’Odyssée d’Homère.

Plus classiques que ces deux livres, tu meurs!

Rien à voir avec Homer Simpson…loin de là!

Tu as vu la brique?

Autant être honnête, aussi bien l’Odyssée que l’Iliade sont deux briques à l’apparence indigeste.

Pour ce deuxième tome, Ynoowe et moi avons lu en tête à tête.

Notre constat le plus rapide fut de dire que l’Odysée était beaucoup plus simple à aborder que l’Iliade.

Le texte nous a paru plus accessible. Il reste cependant fort long et au langage très soutenu.

La poésie n’a rien à voir avec celle de Baudelaire. Par moment, les balades chantées par Jean-Jacques Goldman ou Francis Cabrel m’ont manquées.

Odyssée est une des oeuvres à la source de la littérature occidentale.

Odyssée raconte le retour au bercail d’Ulysse après la guerre de Troie. Ulysse a eu la mauvaise idée de crever l’oeil du fils cyclope de Poséidon. Pour se venger, le dieu de la mer le condamna à une errance éternelle.

Le récit nous parle des différentes étapes de ce voyage avec par ordre d’apparition dans le désordre… Calypso, Hadès, les Sirènes (qui nous confirment que les boules de cire à mettre dans les oreilles n’ont pas été inventées par Quiès), Circé…

Cependant, les 24 chants racontent également le périple de Télémaque, fils d’Ulysse, en quête de la vérité sur le destin paternel et soucieux de chasser les nombreux opportunistes prêts à tout pour épouser l’inconsolable Pénélope.

Le résumé de l’éditeur!

Tout comme l’Iliade, Odyssée mérite d’être lu sans pour autant être indispensable.

Ici aussi, la traduction est vieillotte. 1931 quand même pour l’édition Folio.

A ne lire que si ta motivation est forte, ta santé bonne (gare aux migraines) ou si tu as une bonne copine pour le lire avec toi.

Les versions adaptées et romancées t’emmèneront certainement beaucoup plus vers la compréhension et le plaisir.

Elles ne te donneront cependant pas la satisfaction et la fierté d’avoir lu le fondement de la littérature occidentale et ça, c’est quand même pas rien!

Alors? Tu fais quoi?

Historique·Littérature·roadtrip

America[s] de Ludovic Manchette et Christian Niemiec

Quand un livre te plait, es-tu du genre à lire tous les livres de l’auteur dans la foulée? Cette frénésie m’arrive de temps à autre, même si j’intercale souvent d’autres lectures entre pour ne pas me lasser et pour ne pas être trop imprégnée par l’histoire précédente.

La dernière fois, je me suis plongée dans le deuxième opus de Ludovic Manchette et Christian Niemiec: America[s]. Ce deuxième roman sorti en mars 2022 aux éditions Le cherche midi n’est pas une suite d’Alabama 1963.

America[s] est le deuxième roman du duo Manchette et Niemiec.

Le duo aux quatre mains et aux idées plein la tête nous embarque cette fois toujours dans l’Amérique du temps d’avant. Après l’Alabama en 1963, nous remontons le temps et arrivons en 1973.

Dix ans d’écarts entre les deux livres…encore quelques similitudes mais aussi déjà des diffiérences.

Nous voilà partis à la rencontre d’Amy. Pas tout à fait 13 ans. Amy vit à Philadelphie avec ses parents qui la délaissent. Sur un coup de tête, elle décidé de fuguer et de partir rejoindre sa soeur à Los Angeles.

Le roman édité par le Cherche midi est en librairie depuis le mois de mars.

Comment?

En stop, pardi! Amy a tout prévu. Elle sait que sa soeur est dans le célèbre manoir Playboy sur la côte ouest. Elle a quitté la maison de ses parents également pour réaliser son rêve, devenir playmate.

Philadelphie – LA…une sacrée trotte quand on y pense. Surtout à même pas 13 ans et avec seulement quelques dollars en poche.

Ce road trip nous décrit l’Amérique des années 70. L’Amérique et ses contradictions. L’Amérique où l’on poursuit encore les Afro-Américains ou les Hippies…mais où une enfant peut voyager sans entrave…

America[s] est un roadtrip mettant en scène Amy à peine sortie de l’enfance.

Entre liberté et puritanisme, le voyage d’Amy est bousculé par ses nombreuses rencontres. La jeune fille est à la fois naïve, innocente et forte. Son inncocente nous montre les failles de l’éducation de l’époque.

Le récit est teinté de multiples références historiques (la guerre du Vietnam, le Watergate), littéraires (L’Attrape-Coeurs), cinématographiques (Le magicien d’Oz) ou musicales (les débuts de Bruce Springsteen).

J’ai passé un très bon moment de lecture. Le sujet est surprenant pour nous. Une gamine qui fugue sans encombre, c’est quand même bizarre pour nous, parents du XXIème siècle.

Résumé de l’éditeur.

Comment est-ce possible qu’une enfant si jeune puisse traverser l’Amérique d’Est en Ouest? De nos jours, ce serait impossible. Nous, parents hyper protecteurs, harcèlerions nos ados de sms, nous contacterions la police très très rapidement.

A nos yeux, ce serait impossible…Oui surement…et encore, il ne faut jamais dire jamais.

L’intrigue tient la route. Les rencontres sont très très softs. Amy a quand même de la chance. Ce roman est plus un roman d’apprentissage qu’un livre d’action.

Ma lecture a été bercée par toutes les rencontres d’Amy. Chaque personne croisée sur son parcours l’éloigne un peu plus de son enfance et d’un monde où elle existe à peine.

Peu à peu, elle découvre les différentes facettes de son pays. La liberté mais aussi la contrainte. La bonté et l’horreur des esprits les plus pervers.

Je ne suis pas une grande adepte des roadtrips. J’ai néanmoins apprécié la lecture d’America[s]. Il se lit vite et bien. Un roman à lire en cas de besoin d’évasion ou si tu es fan de l’Amérique des années 70…

C’est dingue comme le monde a changé en 50 ans!

Je te donne rendez-vous le 8 juin en live sur Instagram pour une interview avec les auteurs. Le live sera ensuite posté en replay. Tu pourras donc le regarder à volonté et sans modération.

Historique·Littérature

Alabama 1963 de Ludovic Manchette et Christian Niemiec

Un roman à 4 mains au succès retantissant.

Quatre mains!

Il est possible de faire beaucoup de choses avec 20 doigts…

Comme jouer au piano…

Peu de gens savent qu’il est possible également d’écrire un livre à 4 mains.

Qu’est-ce donc ce concept?

Tout simplement, il s’agit de l’écriture d’un livre par deux auteurs. Les frères ont par exemple initié cette pratique au 19ème siècle.

Alabama 1963 est un des romans phare de l’année 2020

En 2020, ce sont 2 traducteurs de dialogues de séries et de films qui publient au Cherche midi leur premier roman au succès avéré.

Ces deux traducteurs,Ludovic Manchette et Christian Niemec, sont aujourd’hui aussi auteurs.

Leur premier roman, « Alabama 1963 » a reçu plusieurs prix et un très bon accueil des lecteurs.

A un moment, il était tellement présent sur les réseaux sociaux que certains n’osaient pas le lire de peur d’être déçus.

Alabama 1963 est disponible en poche

Je me fie très peu aux avis trop positifs ou trop négatifs. Du coup, j’ai juste attendu l’occasion de le lire.

Quand ce roman est sorti en poche chez Pocket, je l’ai ajouté à ma PAL. Je ne me souviens plus si je l’ai acheté ou si je l’ai reçu lors d’un swap…

Il n’est pas resté longtemps sur mes étagères car il a été sélectionné comme LC poche pour le mois de mars dernier.

Il m’a fallu un peu de temps pour me glisser dans l’histoire, dans l’époque.

Après quelques chapitres, je me suis laissée embarquer en Alabama en 1963.

Le récit est empreint des talents scénaristiques des auteurs.

Il est aisé pour le lecteur de se retrouver à Birmingham.

La ville est connue pour avoir été le berceau de la lutte pour l’obtention des droits civiques par la communauté afro-américaine dans les années 50/60.

Savais-tu qu’en 1963, Martin Luther King y fut emprisonné?

Le roman mentionne également l’attentat du Klux Klux Klan contre une église . Quatre fillettes y perdront la vie…

L’histoire se passe dans une ville du sud des Etats-Unis.

Ce quadruple meurtre n’est pas sans rappeler notre livre.

Alors qu’il faudra attendre 1977 pour que le responsable de ce massacre soit enfin reconnu coupable, la police ne se bouge pas trop lorsque le corps d’une première fillette est retrouvé….

Pourquoi la police ne se bouge-t-elle pas?

Tout simplement parce que cette enfant a la peau noire.

A l’époque, la police ne se bougeait pas beaucoup pour défendre les droits de ses citoyens aux origines africaines.

L’intrigue se déroule dans la moiteur de l’été

Par un concours de circonstances, Adela Cobb, femme de ménage, se voit amenée à faire le ménage chez Bud Larkin, un détective privé blanc, raciste et alcoolisé du soir au matin, du matin au soir.

Adela s’inquiète pour sa propre fille. Quand une nouvelle enfant disparait, elle s’interroge sur cette disparition…

Quand le père de la première victime engage Bud, le détective blanc et la femme de ménage noire s’associent pour mener l’enquête.

Le résumé en quatrième du format poche

Ce roman mérite grandement d’être lu. Autant Bud Larkin est imbuvable, autant Adela est drôle et courageuse.

A elle seule, elle représente ces femmes qui dans l’ombre ont fait leur petite révolution démocratique…telle Rosa Parks.

Dans Alabama 1963, il n’y a pas que des pauvres noirs et des blancs racistes. Il y a 2 communautés qui coexistnt dans un système séculaire qui leur colle à la peau.

Si tu n’as pas encore eu l’occasion de lire ce roman, n »hésite pas.

Il n’est pas exclu que tu te retrouves à marcher à côté de Bud et Adela sur cette route perdue quelque part au fin fond de l’Alabama en 1963.

Qu’en penses-tu?

L’as-tu déjà lu? Qu’en as-tu pensé?

Est-il dans ta pal?

Audio·Historique·Thriller

Les promises de Jean-Christophe Grangé

Chronique audio

As-tu déjà lu Jean-Christophe Grangé?

J’ai eu l’occasion de le lire et de le découvrir, il y a un petit temps déjà, dans le cadre d’un challenge livresque. Un peu comme pour Stephen King, je craignais d’avoir peur et d’être dégouté par le côté glauque de l’univers de cet auteur.

Il faut croire que je suis plus solide que je ne le pensais. J’ai plus qu’apprécié « Kaïken« . C’est donc avec beaucoup de motivation que je me suis lancée dans la lecture audio de son dernier roman sorti l’automne dernier chez Albin Michel.

La couverture du livre est la même!

Je n’ai absolument rien à redire sur la lecture audio. Comme d’habitude, l’éditeur Audiolib propose une lecture de qualité. Le lecteur François-Eric Gendron est dans le thème. Sa voix profonde et grave colle avec précision aux personnages et à l’intrigue.

Pour cet ultime roma, Jean-Christophe Grangé reste fidèle à son style de prédilection: le thriller. Il choisit ici de planter le décor dans une Allemagne nazie des années 30.

Un thiller historique dans l’Allemagne nazie

Nous voilà donc à Berlin. Plusieurs femmes sont assassinées dans la ville selon le même mode opératoire. Elles appartiennent toutes aux plus hautes sphères de la société.

Chaque victime est une promise. Elles évoluent dans les soirées et les lieux hypes nazis aux bras de leurs maris, proches d’Hitler. Comment est-ce possible? Qui ose s’en prendre à l’élite berlinoise?

Une enquête menée par un trio surprenant

Très rapidement, l’enquête sera confiée à 3 individus plutôt ordinaires:

  • un psychiatre légèrement véreux: Simon Kraus
  • un membre de la Gestapo violent: Franz Beewen
  • une riche psychiatre en hôpital psychiatrique: Mina von Hessel

Ensemble, ils tentent de percer le mystère de ces crimes. Ils découvriront les dessous du nazisme, certains secrets du régime, leurs propres limites…

Je n’ai pas adoré cette écoute. J’ai eu beaucoup de difficultés à rentrer dans l’histoire qui peine réellement à se mettre en place. Il est beaucoup question des états d’âme de nos 3 enquêteurs du dimanche.

Autant j’ai compris la nécessité pour le pouvoir en place de taire ces crimes, autant je n’ai pas compris le choix de tels energumenes pour découvrir l’auteur des meurtres.

Cependant, j’ai persévéré dans mon écoute et apprécié découvrir Berlin et les doctrines de l’époque.

Ce roman a un intérêt historique certain. Il y a certainement eu des crimes autres que ceux commis au nom de la folie d’un certain Adolf Hitler. L’histoire les a oubliés et l’idée de l’auteur est quand même plutôt originale.

Non?

Qu’en penses-tu?Envie de découvrir ce thriller? Déjà lu? Dis-moi tout!