Feelgood

Luna de Serena Giuliano

Luna est le troisième roman de Serena Giuliano

Il est parfois compliqué de suivre le rythme frénétique des sorties littéraires..

Chaque semaine, des dizaines de romans sortent et il n’est pas simple de suivre le tempo.

Du coup, il y a certains auteurs que je lis en décalage complet par rapport aux sollicitations des réseaux sociaux.

C’est le cas de Serena Giuliano et de son troisième roman « Luna« , sorti au printemps 2021 aux éditions Robert Laffont.

Luna est sorti en poche au printemps 2022

J’ai attendu la sortie poche au Livre de poche pour découvrir ce troisième opus de l’autrice aux origines italiennes.

Comme « Ciao Bella » et « Mamma Maria », Luna fait la part belle à l’Italie, ce pays que Serena a quitté au début de l’adolescence.

Les romans de l’autrice parlent de la vie, de son pays. Ses personnages sont porteurs d’émotions et de défis à relever.

Chaque livre aux connotations feelgood est un partage de valeurs chères à Serena (enfin je crois).

Luna est une jeune femme qui retourne à Naples, sa ville d’origine.

« Luna » ne fait pas exception à la règle.

Au rythme de citations italiennes comme « O cane mozzeca’o stracciato »*, nous partons à Naples.

La célèbre cité méditerranéenne est connue pour ses pizzas (miam miam), sa vue sur le Vésuve ou la mer, son histoire antique…

Le célèbre jeu Assassin’s Creed y a placé une partie de l’intrigue d’une de ses versions du jeu.

Comme tu peux le voir, Luna est dans la sélection 2022 du prix des lecteurs

Naples, Luna y est née et y a grandi jusqu’à ce que ses parents se séparent.

Lorsque son père est gravement malade, elle y retourne les pieds lourds. Sa vie est à Milan…mais si elle n’y va pas, elle, la fille de cet homme qui frôle la mort, qui ira?

De Naples, elle a gardé peu de bons souvenirs.

Et si finalement, ce séjour forcé permettait à Luna de se réconcillier avec cette ville?

Le résumé de l’éditeur.

« Luna » est exactement le genre de lecture à se mettre sous la dent quand un besoin de légerté s’impose.

Ce n’est pas que l’histoire soit particulièrement légère. Ce qui est léger est la plume de Serena.

Une écriture agréable, drôle, sensible.

L’autrice parvient une fois encore à nous téléporter dans ce pays qu’elle aime.

Chaque page transpire de cet amour.

A chaque roman, j’ai envie de prendre le premier avion, de partir dans la botte italienne, de me gaver de cocktails à base de limoncello, de pizzas, de jambon fumé, de glaces…de soleil…de culture…de sourires…

Pas certaine que ce soit pour cette année. Il est donc plus que probable que je me plonge cet été dans son nouveau roman.

Il y a une belle progression dans l’écriture de l’autrice même si j’avoue avoir un peu deviné certaines choses.

Par contre, quel délice de retrouver le chat de Selena sous les traits de Filomena.

Ce n’est pas pour rien que pour certains, les chats sont associés au mal.

Je ne suis certainement pas la seule à avoir ri.

Je te propose donc si ce n’est déjà fait de t’offrir pour 7,70€ un séjour à Naples…plaisir…détente…soleil…rebondissement…garantis!

Bonne lecture!

* Le chien mord le mendiant.