Fantastique·Historique·littérature américaine·Saga·Saga familiale

Blackwater: La crue de Michael McDowell

Ce roman des années 80 réédité par les éditions Monsieur Toussaint Louverture fait le buzz!

Je t’entends, toi le.a sceptique.

Celui.le qui pense trop fort.

Je t’entends te dire mentalement: « Encore une qui a succombé au matraquage et à la campagne marketing sans faille des éditions Monsieur Toussaint Louverture ».

Pense ce que tu veux.

Tu as grandement raison.

Et tu sais quoi?

J’ai kiffé à donf!

Premier de 6 tomes, La crue est un petit bijou visuel.

Blackwater est absolument partout depuis des semaines sur #bookstagramfrance. Tout le monde ou presque vente cette fabuleuse couverture (les autres sont canons également), cette histoire, ce découpage…

J’avais deux options:

Option 1: fuir

Option 2: me faire mon propre avis

Je n’ai pas résisté à la beauté de l’objet, à l’histoire intrigante, au format poche léger et pratique, au prix mini de 8, 40€ le livre… Comment ne pas succomber à ce merci écrit juste à côté du prix?

Et tu sais quoi? J’ai bien fait.

Un petit aperçu…

Dire que j’ai été emportée dès les premières pages serait un pieux mensonge.

Non, non.

La magie Blackwater a progressivement pris possession de moi.

Son atout coeur est sans hésitation le personnage d’Elinor.

Sortie de nul part, la jeune femme aux cheveux de feu est une des rescapées de la crue. L’eau est sortie de son lit et a inondé la ville de Perdido (mais quel nom…) en Alabama.

Nous sommes en 1919, à la croisée entre deux ères… La première guerre mondiale a tiré un trait sur les vestiges du 19ème siècle. Sauvée des eaux ou presque, Elinor s’installe dans la ville.

Elle conquiert le coeur de tous les habitants…à l’exception de celui de Mary-Love. Notable de la ville, Mary-Love Caskey est la mère de l’héritier de la scierie. Elle voit d’un mauvais oeil l’attachement de son fils Oscar pour cette Elinor venue de nul part.

A-t-elle raison d’y voir un mauvais présage?

Le résumé de l’éditeur

Tout au long de ma lecture, j’ai mordu de plus en plus à l’hameçon. Je suis à présent tout à fait accro et j’ai envie de savoir qui est vraiment Elinor? Quelles sont ses réelles motivations?

L’écriture de Michael McDowell est agréable et envoutante. A l’image de cette jeune femme mystérieuse…

Alors? Prêt.e à te laisser posséder par Blackwater? Plutôt réservé.e face à cette folie littéraire? Dis-moi tout!

littérature américaine·roadtrip·Roman choral

Hadley & Grace de Suzanne Redfearn

Toi aussi certains livres te font un peu peur?

Pas peur de ne plus savoir dormir ou d’aller faire pipi en pleine nuit…Nooooooonnnnn! Peur de ce que la couverture, le résumé ou le titre te font comme effet.

Hadley & Grace est sorti en mai dernier aux éditions Faubourg-Marigny.

En tant que partenaire 2022 pour les éditions Faubourg-Marigny, je me suis engagée à lire un peu avant vous les sorties livresques de la jeune ME.

Quand j’ai reçu « Hadley & Grace », je n’étais pas méga emballée…oups…

Ca arrive, non?

La couverture est comme toujours super belle et lumineuse. Pourtant cette route, ce ciel, cette enseigne m’ont fait peur.

Peut-être un vestige du film Bagdad café que je n’avais pas trop kiffé à l’époque…cette sensation de longueurs et de calme plat.

Le résumé m’annonçait un roadtrip…

Bof bof…pas trop ma came…

Suzanne Redfearn est une autrice américaine. C’est son premier livre traduit en français.

Au vu de mon entrain, tu comprends à présent pourquoi je chronique seulement aujourd’hui ce roman de Suzanne Redfearn sorti il y a un mois.

D’ailleurs, aujourd’hui sort « Hôtel Portofino », le roman Faubourg-Marigny du mois de juin…je suis en pleine lecture…

Retour à « Hadley & Grace »…

Finalement, j’ai démarré ma lecture. Il m’a fallu un peu de temps pour entrer dans l’histoire pourtant rythmée et assez drôle (oui,oui…j’ai souri).

Et puis, et puis, et puis…la mayo a pris et je l’ai terminé en quelques jours (en lisant 2 autres livres en même temps).

Le roman alterne les points de vue des deux femmes.

Premier constat, « Hadley & Grace » n’a absolument rien à voir avec le film précité. Le point fort de cette course contre la montre?

Ses personnages!

Deux femmes et leurs enfants réunis par un contretemps plutôt original.

Lis le livre si tu veux savoir lequel!

Un agent du FBI à leurs trousses…

Un mari pas très comique et catholique uniquement en apparence.

Hadley veut le fuir. Elle a préparé son départ tant elle est lassée de l’attitude de son conjoint. A la quarantaine, elle ne supporte plus que ses faits et gestes soient contrôlés. Il lui faut prendre la poudre d’escampette.

Pourtant Hadley est plus une princesse qu’une aventurière. Je l’ai imaginée en véritable américaine. Manucure et brushing impeccables! Plus intéressée par sa garde-robe et sa ligne que par l’avenir de la planète.

Les 460 pages se dévorent une fois que tu as pris le train de l’histoire…

Grace, quant à elle, est une jeune femme déjà marquée par la vie. Depuis longtemps, elle a appris à se débrouiller seule. Sa vie est assez calme depuis un petit moment. Elle a même eu un petit garçon avec son compagnon.

Il est peu présent car il est militaire. Cependant, il a un énorme penchant pour le jeu et Grace n’en peut plus de bosser pour rembourser ses dettes. Il vient d’ailleurs de dilapider les quelques économies de Grace.

Son patron étant un véritable c********, elle sent la fin de son contrat approcher et décide, elle aussi, à quitter cette vie dans laquelle elle se sent à l’étroit… Grace est un personnage plus distant qu’Hadley.

Le résumé de l’éditeur.

Elles se complètent à merveille. L’une apporte sa douceur, son sens pratique de mère et sa naïveté. L’autre est plus pragmatique et fonceuse. Leur duo est à la improbable et complémentaire.

Rien ne semble les rassembler. Pourtant, lorsque leurs vies sont liées, leur deux personnalités vont s’harmoniser et leur permettre de réaliser l’impensable.

Ce roman est une réécriture de Thelma et Louise…et il mérite d’être lu même si tu penses, comme moi, ne pas aimer cela.

En 450 pages, tu vas traverser l’Amérique, changer 450 fois de voiture, dormir dans des endroits les plus incertains, gérer des situations les plus improbables pour une mère.

Bref, « Hadley & Grace » est le roman à lire cet été pour casser ta routine lecture!

Partant.e?

Attache ta ceinture…et prend ton passeport…vaut mieux!

Thriller·Young Adult

Inheritance games de Jennifer Lynn Barnes

Quel est le dernier livre que tu as acheté et lu parce que tes copines #bookstagrammeuses t’en vantaient les mérites?

Pour moi, ce fut entre autre « Inheritance games » de Jennifer Lynn Barnes

Premier tome d’une duologie, ce roman est présenté comme le roman événement de l’année par PKJ, sa maison d’édition.

« Inheritance games » est sorti le 3 février dernier. Pour une fois, grâce au groupe de lecture commune #wingardiumlibriosa, aussitôt acheté, aussitôt lu…

Alors, tu te demandes quel est mon verdict…

Très, très, très bonne lecture pour un Young Adult du haut de mon âge de Grand Schtroumpf!

Déjà, le pitch est super interpellant…

Une ado de 17 ans, Avery, hérite d’un pactole considérable, d’une maison époustoufflante, d’une fondation, d’un empire financier…

Déjà là, tu te dis: « Waouh le rêve! ».

Oui tu as raison, c’est le pied sauf qu’il y a quand même un hic.

Avery est plutôt du genre sans le sous, son avenir dépend d’une bourse. Orpheline, elle n’a pas de réelle famille mis à part sa soeur aînée.

Elle ne sait absolument pas d’où vient se fameux Tobias Hawthorne qui a eu la gentilesse de coucher son nom sur son testament. Enfin, gentilesse, c’est beaucoup dire car pour faire d’Avery son héritière, il a eu l’audace de deshériter sa descendance.

Comme une telle aubaine se refuse rarement, Avery accepte et démarre une nouvelle vie au manoir Hawthorne…parce que oui, pour hériter, elle doit y vivre pendant un an avec toute la famille du défunt comme colocataires.

Tu te doutes bien que ces derniers ne sont pas ravis de l’arrivée de cette arriviste dans leur famille et que leurs intentions à son égard ne sont pas des plus tendres.

Tu as raison, ça promet une intrigue intéressante et prenante!

Tout au long des 447 pages du bouquin, ça va remuer dans la chaumière…euh…enfin…plutôt dans le palace? Le palais?

Intrigue, mystère, alliances, accidents,…rien n’est oublié dans ce thriller sur fond de secrets de famille.

Je souhaite de tout mon coeur que PKJ sorte très très vite le tome 2. La version originale anglaise est sortie en septembre dernier…Je croise les doigts pour que la traduction aille vite.

Je t’avoue que perso, j’ai la flemme de le lire en VO…

La patience dans ce cas-ci peut être qualifiée de vertu.

Alors? Tu l’as déjà lu? Il t’a plu? Il te tente?

Dis-moi tout et assouvis ma soif de tout savoir. Comme tu le sais, je suis une curieuse neus!

Thriller

Chronique littéraire: Si ça saigne de Stephen King

Le dernier Stephen King sorti en 2021

D’après un sondage auprès de mes followers sur #bookstagram, lire Stephen King fait peur. Je suis plutôt d’accord avec eux. D’habituellement, je suis de la team chocotte. C’est pour cette autre raison que pendant longtemps, j’ai hésité à me lancer dans la lecture d’un livre du maître du fantastique… Le King.

J’ai démarré il y a 2-3 ans par un thriller soft, un policier qui ne fait pas peur mais te met la pression+++ que tu en oublies de respirer. Ce roman était « Mr Mercedes« . Depuis, j’ai aussi tenté « La ligne verte » ou « 22/11/63« .

Avec « Si ça saigne« , je change un peu de catégorie et je me lance dans du Stephen King qui fait quand même un peu peur. « Si ça saigne » est le dernier livre de l’auteur américain, sorti en mars 2021 aux éditions Albin Michel.

Observe bien la couverture…. Vois-tu le trompe-oeil?

Je ne pensais pas lire ce livre. Quand j’ai eu l’opportunitéde participer au voyage d’un des livres grâce aux @thebooktrotteuses. Le concept est très sympa. Le livre part de chez l’auteur ou l’éditeur, dédicacé ou non. Il voyage chez 10 lecteurs.trices…

Chacun écrit un petit mot à l’auteur à l’issue de sa lecture. Quand le livre a terminé son voyage, il retourne à son point de départ. Sympa non? Je n’ai pas hésité à particier et j’ai gagné l’opportunité de lire le roman.

« Si ça saigne » a pris le temps de venir jusqu’à moi. J’ai pris le temps de le lire aussi d’ailleurs (je m’excuse pour les délais). Il repart en France après sa petite escale bruxelloise…

Etait-ce une bonne idée?

OUI! Clairement OUI!

Petit zoom sur la couverture…

D’abord, Stephen King écrit d’une manière incroyable. Il n’est pas le King pour rien! Même traduits, ses romans (pour ceux que j’ai lus) sont excellement bien écrits. L’intrigue à chaque fois est incroyable.

L’auteur nous trimballe au fil des pages dans des (fausses) croyances qui nous éloignent relativement du véritable coupable. Evidemment faut-il encore qu’il y ait un coupable et que nous le connaissions pas déjà).

Un véritable plaisir…même su par moment les poils se hérissent sur les bras.

Cette fois, le livre est un recueil de nouvelles. Même sous ce format, Stephen King est brillant. Quatre nouvelles au nom évocateur: Le téléphone de M. Harrigan, La vie de Chuck, Rat et Si ça saigne qui donne son nom au recueil.

Ces 4 nouvelles sont différentes et traitent de thèmes différents. Tu y retrouveras des thèmes chers à l’auteur comme un attentat, du surnaturel, l’au-delà, les médias, la technologie, la vie qui se termine…

Le résumé de l’éditeur

Ce serait mentir de prétendre que cette lecture ne m’a pas fait un peu peur. J’ai une petite confession à te faire. J’ai lu ce livre à chaque fois le matin, juste pour éviter de dormir la tête sous la couette sans oser me relever pour alller faire pipi…

Bah oui! Dieu seul sait ce que j’aurais pu croiser aux portes de la nuit…

Alors? Y at-t-il des King addicts par ici? Quel livre me conseilles-tu à présent? Dis-moi tout, mon curieuse neus voudrait savoir…

Et si tu ne l’as pas encore lu…

Bonne lecture!