Divers

Tout ce que tu as toujours voulu savoir et que tu n’as jamais osé demander sur… le Bookclub!

Peut-être fais-tu partie de ceux qui se demandent ce qu’est un bookclub?

Si c’est le cas, cet article est fait pour toi.

Peut-être sais-tu déjà ce qu’est un bookclub?

Dans ce cas, lis quand même cet article, tu pourrais peut-être y ajouter quelques informations oubliées ou mieux apprendre de nouvelles choses.

Commençons par le commencement…

  1. Qu’est-ce que c’est un bookclub?

Le mot bookclub est l’équivalent anglais de l’expression « club de lecture ». Il est vrai que je pourrais utiliser cette expression francophone plutôt que son équivalent britannique. Et pourtant, je trouve que cet anglicisme donne au concept un petit vent de jeunesse et de modernité.

Je suis certaine que pour toi, un bookclub est un lieu où de vieilles grand-mères bigotes et poudrées discutent de leurs dernières lectures autour d’une assiette de biscuits mous et d’une tasse de thé insipide.

Soyons honnête…tu as en partie raison.

Un club de lecture est une rencontre réelle ou virtuelle autour des livres et de la lecture.

Néanmoins, ces rencontres n’ont pas d’âge requis! Un bookclub pourrait réunir des enfants de 10 ans partageant une passion commune pour la lecture ou des adultes fans de Fantasy!

Un livre et une tasse de thé…l’image du bookclub! Photo: Teona Swift

2. Quels sont les différentes sortes de bookclub?

Un bookclub peut être envisagé sous différentes formes.

Il peut être soit organisé virtuellement comme c’est déjà le cas sur mon compte Instagram où j’organise un bookclub au début de chaque mois.

Il est également tout à fait possible d’organiser un bookclub sous la forme d’une rencontre réelle comme je compte le faire à partir de l’automne sur Bruxelles.

Le dernier Bookclub de juin sur mon compte Instagram

3. Un bookclub suit-il toujours la même ligne de conduite?

Le bookclub peut-être organisé de différentes façons.

En voici quelques unes:

  • Chaque participant présente son coup de coeur du mois.
  • Chaque participant présente un livre qui est ensuite lu à tour de rôle par les autres participants du groupe.
  • Un livre est choisi par le groupe et lu pour le bookclub suivant. Une discussion a ensuite lieu lors du bookclub suivant. Cette discussion peut être très académique ou plus en dilettante. Il est possible de discuter sur la compréhension profonde de la lecture, sur les personnages, sur l’analyse de l’écriture et du style narratif. Il est aussi envisageable de parler plus des ressentis, des émotions, de l’histoire… Sous cette seconde forme, la discussion peut s’éloigner légèrement du livre même si le livre doit rester l’élément central.

Le bookclub sur le compte Instagram est par exemple plus un partage mensuel du coup de coeur du mois précédent. Si tu veux voir un replay, c’est ICI .

Lors d’un bookclub, il est également possible de prendre l’apéro , un petit-déjeuner ou le goûter!

Les membres peuvent s’échanger les livres ou organiser une vente de livres lus. Un auteur peut être invité au bookclub et participer à la discussion autour de son livre. Il peut ensuite dédicacer son livre.

Les membres du bookclub peuvent organiser des visites culturelles, se rendre à un salon ou un événement littéraire ensemble.

Dans le cadre d’un bookclub, tout est envisageable!

Photo: Cottonbro

4. Tous les genres littéraires peuvent-ils être abordés?

Bien entendu! Maintenant, il est quand même judicieux de ne pas trop se disperser.

5. Combien de participants peuvent participer à un Bookclub?

Sur les réseaux sociaux comme dans la réalité, il est préférable de limiter le nombre de participants. Dans l’absolu, l’idéal se situe entre 8 à 15 participants.

Je pense qu’un Bookclub comme celui organisé sur Instagram aurait tendance à limiter les participants à 8 pour éviter que le live ne dure trop longtemps. La multiplication des coups de coeur peut provoquer une lassitude au bout d’un moment.

Par contre, dans le réel et pour un échange autour d’une même lecture, un échange peut être agréable et surtout enrichissant avec un plus grand nombre de lecteurs…

Il faut donc adapter le nombre de participants au format choisi.

6. Où se tient un Bookclub?

Sur les réseaux sociaux ou sur les plateformes telles que Twich ou Discord, de nombreux groupes et lives sont déjà organisés. Ils ont l’avantage de permettre aux lecteurs de tous pays de communiquer et d’échanger.

Dans le monde réel, il sera utile de définir un lieu de rencontre. L’idéal est de choisir un endroit fixe. Cet endroit peut être le domicile d’un des membres du club mais peut aussi être une librairie, une bibliothèque, un café littéraire ou un parc en été!

Photo: Mikhail Nilov

7. Qu’est-ce qu’un Bookclub peut t’apporter?

Le Bookclub t’apportera une motivation certaine à sortir de ta zone de confort et à découvrir d’autres genres littéraires, de nouveaux auteurs.

Un Bookclub, qu’il soit réel ou virtuel, t’offrira l’opportunité de rencontrer d’autres lecteurs et peut-être, à te lier d’amitié avec eux. Si tu es introverti, c’est l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes partageants ton amour de la lecture et de l’univers qui l’entoure.

Se réunir lors d’un Bookclub est l’occassion de t’ouvrir l’esprit lors des échanges. Chacun apporte son point de vue et ses connaissances lors des nombreux partages. Tu auras certainement l’occasion d’enrichir tes connaissances et de t’ouvrir l’esprit à la différence.

Discuter d’une lecture commune est également une excellente opportunité de t’exercer au débat et d’argumenter ton point de vue de manière rationnelle et dans le respect de chacun.

C’est une grande richesse de réaliser que l’avis de l’autre est différent sans pour autant être mauvais.

Si tu es timide et que prendre la parole t’effraie, s’exprimer en petit groupe et en sécurité peut t’offrir l’opportunité d’améliorer tes compétences verbales.

Le Booclub est aussi un excellent moyen d’exercer tes facultés intellectuelles et notamment ta mémoire.

En rediscutant d’un livre lu plusieurs jours ou semaines avant, tu muscleras ta mémoire et évoquera des éléments enregistrés précédement. Les informations mises en avant par les autres membres du groupe évoqueront certainement chez toi des éléments de ta lecture que ton cerveau avait mis de côté.

8. Quand a lieu le Bookclub?

Habituellement, le Bookclub s’organise une fois par mois. Les dates sont fixées bien à l’avance afin que tout le monde puisse bloquer la date.

Sur Instagram, le Bookclub est organisé une fois par mois autour du 1er du mois.

Voilà toutes les infos auxquelles j’ai pensé concernant les bookclubs! J’espère que tu as appris plein de trucs et surtout que tu as envie de tenter l’expérience. Finalement, c’est la première fois la plus compliquée. Ensuite, ça roule comme sur des roulettes!

Si tu as envie de participer au Bookclub virtuel du mois de juillet, envoie-moi un petit message sur Instagram. Je t’ajouterai à notre conversation sur le sujet.

Pour un bookclub réel à Bruxelles? Serais-tu partant.e?

N’hésite pas à commenter ou à m’envoyer un message privé.

Je compte faire un annuaire des bookclub par ville. Qu’en penses-tu?

J’attends tes retours…

Conte·Littérature·Littérature belge·Roman

P’tite hirondelle de Dominique Zachary

Le dernier roman de Dominique Zachary publié aux éditions Kiwi est à l’image de cette couverture…beau!

Je les attends chaque année…

Qui donc?

Il parait qu’elles annoncent le printemps. Pourtant, lorsque leurs cris ambiancent ma rue, je sais que l’été est proche.

Cette fois, elles sont arrivées un peu plus tard les hirondelles…un peu en même temps que le roman de Dominique Zachary dans ma boite aux lettres.

Ce roman court est à découvrir en librairie depuis que les hirondelles sont arrivées sous nos cieux.

J’aime la liberté que ces petits oiseaux noirs m’inspire. Je ne pouvais donc résister à la demande de Dominique de lire et chroniquer son livre sorti chez Kiwi éditions au printemps.

Ce livre rentrait tip top dans mon voyage littéraire de l’été.

La plume légère et poétique de Dominique, journaliste et compatriote de mon plat pays, m’a ramenée dans les Pyrénées orientales, dans les environs de Céret où j’ai passé quelques jours de vacances dans le passé.

C’est à Pardonas que vivent Paola Ortiz et sa fille Finette. Paola y est garagiste. Dans son garage, elle offre un gîte aux hirondelles chaque année pour le plus grand bonheur de Finette.

Puis, de façon totalement incompréhensible, les nids sont détruits. La petite fille et sa mère sont ébranlées par le saccage et la violence de cet acte.

Afin de ne pas laisser cet acte impuni, Paola démarre un combat afin de préserver les oiseaux.

Le résumé de l’éditeur!

A travers le malheur des hirondelles, l’auteur nous offre l’histoire d’un autre oiseau voyageur: Finette, venue d’Asie et adoptée par Paola.

Dominique Zachary partage leur histoire. Le parcous de Paola vers l’adoption de Finette.

L’histoire est fractionnée entre événements du présent et échanges épistolaires du passé.

Le tout est joliment mis en lien par quelques textes et citations mettant en scène les hirondelles.

De quoi te donner envie d’aller le chercher en librairie …

Ces oiseaux sont, tout comme Finette, adoptés par les régions qu’ils visitent. Leur chez eux est entre ici et aileurs.

Telle Finette…

Tels ceux qui arrivent sous nos cieux afin de fuir l’obscurité des leurs…

Ce roman est humain. Il rppelle l’importance de l’accueil et ses vertus…

Il t’invite à observer la nature, à t’en inspirer et à construire un monde à son image.

Je te conseille ce livre doux et porteur d’espoir.

Audio·Littérature française·livre audio·Thriller

Respire de Niko Tackian

Le dernier thriller de Niko Tackian est également disponible en grand format chez Calmann Levy.

Tout est énigmatique dans « Respire » de Niko Tackian.

Le titre…

La couverture…

L’histoire…

Depuis le temps que cet auteur me faisait de l’oeil, la proposition de mettre enfin les pieds dans son monde grâce à Audiolib et Netgalley était alléchante.

Une sympathique découverte ce « Respire ». Un thriller aux touches exotiques. Un séjour en all-in sur une île paradisiaque.

Cependant, reste sur tes gardes…car comme bien souvent, les apparences sont trompeuses.

Un séjour sur une île déserte…

C’est en tout cas ce que Yohan, écrivain sur le retour, découvre très rapidement . Au creux de la vague tant professionnellement que personnellement, Yohan a accepté une proposition incroyable.

Contre une dizaine de milliers d’euros, il a laissé sa vie passée derrière lui et a disparu totalement de la population.

Il pensait avoir fait le bon choix jusqu’à son réveil sur cette île isolée et habitée seulement par âmes aussi perdues que la sienne.

Lecture audio de qualité!

Grâce à la qualité audio, la lecture d’Antoine Tomé ainsi que le talent certain de l’auteur, j’ai plongé tête baissée dans cette histoire, un peu improbable, aux allures de Lost.

Tu te souviens de cette série?

J’avoue être passée par des moments de scepticisme. Comment peut-on émettre le désir de disparaitre et surtout de s’offrir à prix d’or cette perte totale de liberté…

Au fil de mon écoute, j’ai progressivement compris aussi dingue que cela puisse être. Il y en a même qui prétendent qu’Elvis comme Michael ne seraient pas mort mais vivraient une vie sereine loin des regards…

C’est un concept…

Après une écoute intensive et un plaisir certain de retrouver l’île, ses habitants et leurs mystères, j’ai été un petit peu déçue par le final.

Non qu’il ne soit pas bien. Non. Tout est logique. Tout se tient. J’attendais quelque chose de plus extraordinaire ou de plus tordu?

Ah mais mince…finalement, ce livre est tout bonnement humain.

Rien de plus.

Rien de moins.

Historique·Littérature anglaise·Roman·Saga familiale

Hôtel Portofino de J.P. O’Connell

Le bébé d’été de la maison d’édition Faubourg-Marigny

Qui n’a jamais rêvé de vacances au bord de la riviera?

Une vue époustouflante, la mer bleue de la méditerranée, la dolce vita italienne. Un cocktail idéal pour l’été.

J.P. O’Connell, écrivain et journaliste anglais, te propose un voyage dans cette cité balnéaire de luxe aux portes de Gênes par l’intermédiaire de son roman « Hôtel Portofino« , le roman de l’été des éditions Faubourg-Marigny.

Une histoire de famille durant les années 20.

Il est certain que ce roman historique t’offre de nombreux atouts si tu es à la recherche d’évasion et à l’affut des joies de l’été méditerannéen.

L’hôtel Portofino prend vie au lendemain de la première guerre mondiale. Cet endroit est une pension de famille aux prétentions luxueuses. Elle est riche du savoir-vivre britannique de ses propriétaires.

Après avoir vécu les affres du conflit meurtrier, la famille Ainsworth a quitté l’île britannique afin de prendre un nouveau départ sur les bords de grande bleue. Bella, la mère, a décidé d’investir dans cet hôtel à Portofino.

Alors que les premiers clients arrivent, Bella se voit confrontée à de nombreux déboires. Même si l’époque est propice à la fête et aux excès des années folles, elle est également le terreau du fachisme et de la première crise financière.

Comment Bella va-t-elle garder le cap, tenir la barre afin d’éviter l’implosion de sa famille et de son projet ?

Le résumé de l’éditeur

Malgré une immense motivation avant de lire ce roman, la magie n’a pas opéré comme je l’aurais souhaité.

Grande adepte de Downtown Abbey, je pensais m’épanouir dans cet hôtel.

J’y ai certes passé un bon séjour. Les hôtes étaient agréables même si je dois avouer que je les ai trouvés très particuliers.

Certains personnages m’ont intriguée… D’autres comme Mr Ainsworth père m’ont immédiatement été antipathiques.

L’ambiance sur place était assurée aussi bien par les vacanciers, le personnel, les proprétaires ou encore les autochtones.

Malgré les nombreux efforts, l’ambiance fut par moment assez lourde.

Pour te donner envie d’aller plus loin…

Ce roman est un drame. Je m’attendais sûrement à une comédie beaucoup plus légère.

Le roman, tout comme son époque, offre cette illusion de légerté. Or il n’en est rien.

Tout comme les personnages du récit, le lecteur est prisonnier des vestiges du conflit européen. La mort des uns est présente. Les blessures des autres crient sous le poids des convenances.

Les coupes de cheveux, les jupes plus courtes des femmes, les vacances ne sont qu’illusions. Néanmoins, ces audaces sonnent le glas de l’ancien régime, des convenances.

Le choc des générations est fort. Les esprits s’échauffent.

« Hôtel Portofino » a été adapté en série télé. Elle sera bientôt disponible en France. Pour les Belges, comme moi, la série est déjà disponible sur RTL replay… Elle est au programme de mon été.

J’ai hâte de découvrir cette adaptation…parce que la douceur de la baie de Gênes m’appelle, j’entends l’appel des vagues et que je sens le vent doux frémir sur ma joue.

Feelgood·littérature américaine·Roman

Il nous restera ça de Virginie Grimaldi

Savais-tu que le titre du dernier roman de Virginie Grimaldi: Il nous restera ça est également le titre d’une chanson de Grand corps malade?

Si tu ne le savais pas, je t’invite à découvrir ce très beau texte de Fabien sur la plateforme de streaming musical de ton coeur. ICI pour Spotify!

Fabien est un poète. Il slame…

Tu n’aimes peut-être pas la musique de ces slamers…

Ecoute les mots au delà des sons.

Imprègne-toi de ces mots…de ces maux.

Pour te parler du dernier roman de Virginie grimaldi, je vais m’inspirer du texte de l’artiste. Qu’il me pardonne mon audace.

Il nous restera ça est sorti le 4 mai dernier chez Fayard.

« Il nous restera ça » est un roman différent où Virginie croise les destins de 3 individualités.

Jeanne.

Iris.

Théo.

74…

33…

et 18 ans.

Trois générations.

Petite dédicace intégrée au livre!

« Quand ce système brutal

Qu’on essaie d’apprivoiser

nous aura vidé de nos âmes

et de nos dernières bonnes idées.

Il nous restera ça. »

Nos trois antagonistes écorchés par la vie se retrouvent colocataires…

Voici le pitch de cette histoire sûrement vue et revue à travers de nombreux romans comme « Ensemble c’est tout », « Grandir un peu ». Malgré ces ressemblances, ce roman a la patte grimaldienne.

Je sais…mon imprimante est capricieuse…et je venais de mettre une nouvelle cartouche.

Kesako?

Un mélange d’émotions à fleurs de peau et d’humour à l’image de l’autrice.

Ce sentiment de déjà-lu te passera, si tu es comme moi, certainement au dessus. Car une fois encore, démarrer un roman de Virginie ne laisse au lecteur pas d’autre choix que de s’y plonger…corps et âme.

Iris, Jeanne et Théo deviennent une part de nous, un ami, un enfant, un parent, …

Mini cadeau pour te donner envie…

Je ne sais pas si Fabien a inspiré Virginie…pourtant le texte de Fabien colle à celui de Virginie.

Pour reprendre les mots du premier, dans ce dernier roman, Virginie a « griffoné quelques papiers, quelques rimes à enrichir, à la face d’un monde hanté par un futur sans avenir ».

Je la devine cette fois soucieuse de « faire couler une encre honnête, avoir mal pour être soi-même ».

Je la soupçonne essayant « de se souvenir pourquoi elle a commencé ça ».

Tentant de « retrouver l’urgence d’écrire car le plus important c’est ça.

Cherchant encore et toujours d’être elle-même malgré tout, naïve, décidée, bavarde, absorbnt les mots en trop sur un bout de papier buvard ».

Parce que oui, il y a de cela chez Virginie Grimaldi.

Une femme comme nous, un coeur sur la main, parfois débordée par le succès et les attentes des « mythos d’en haut » et du système qui porte aussi bien qu’il coule.

Résumé de l’éditeur

J’ai croisé la route de Virginie Grimaldi il y a tout juste un mois.

J’ai attendu 4 heures pour recevoir quelques minutes d’échange.

J’ai eu l’occasion lors de cette rencontre de ressentir l’humain derrière la personnalité publique.

Virginie était à l’image de son écriture.

J’ai ri.

J’ai été rassurée de croiser celle qui se cache derrière la plume.

Une femme entière, drôle, disponible et sensible.

Quand Virginie me propose de mettre en évidence nos doubles, triples, multiples mentons!

Il ne doit pas être simple de gérer cette sensibilité face aux gens mécontents, aux attachés de presse sous pression, aux lecteurs frustrés de ne pouvoir échanger plus longtemps avec elle.

Merci Virginie de rester celle que tu es….avec ou sans double menton!

Ces quelques minutes sur la même longueur d’ondes, tes livres, tes partages, tes confessions, nos sensibilités, celles que nous sommes…finalement, quoi qu’il arrive…il nous restera ça…

Divers

Qui a gagné le premier tome de la saga Blackwater?

Il est plus que temps de vous révéler le nom du gagnant ou de la gagnante du concours « Blackwater ».

J’ai effectué le tirage au sort avec l’application Plouf plouf! Vous étiez 30 participants et c’est cafeandbooks28 qui a été sélectionnée.

Notre gagnante!

Félicitations à toi! Contacte-moi en mp sur Instagram afin de me communiquer tes coordonnées et recevoir ce très bon premier tome.

Rendez-vous très bientôt pour un prochain concours!

Fantastique·Historique·littérature américaine·Saga·Saga familiale

Blackwater: La crue de Michael McDowell

Ce roman des années 80 réédité par les éditions Monsieur Toussaint Louverture fait le buzz!

Je t’entends, toi le.a sceptique.

Celui.le qui pense trop fort.

Je t’entends te dire mentalement: « Encore une qui a succombé au matraquage et à la campagne marketing sans faille des éditions Monsieur Toussaint Louverture ».

Pense ce que tu veux.

Tu as grandement raison.

Et tu sais quoi?

J’ai kiffé à donf!

Premier de 6 tomes, La crue est un petit bijou visuel.

Blackwater est absolument partout depuis des semaines sur #bookstagramfrance. Tout le monde ou presque vente cette fabuleuse couverture (les autres sont canons également), cette histoire, ce découpage…

J’avais deux options:

Option 1: fuir

Option 2: me faire mon propre avis

Je n’ai pas résisté à la beauté de l’objet, à l’histoire intrigante, au format poche léger et pratique, au prix mini de 8, 40€ le livre… Comment ne pas succomber à ce merci écrit juste à côté du prix?

Et tu sais quoi? J’ai bien fait.

Un petit aperçu…

Dire que j’ai été emportée dès les premières pages serait un pieux mensonge.

Non, non.

La magie Blackwater a progressivement pris possession de moi.

Son atout coeur est sans hésitation le personnage d’Elinor.

Sortie de nul part, la jeune femme aux cheveux de feu est une des rescapées de la crue. L’eau est sortie de son lit et a inondé la ville de Perdido (mais quel nom…) en Alabama.

Nous sommes en 1919, à la croisée entre deux ères… La première guerre mondiale a tiré un trait sur les vestiges du 19ème siècle. Sauvée des eaux ou presque, Elinor s’installe dans la ville.

Elle conquiert le coeur de tous les habitants…à l’exception de celui de Mary-Love. Notable de la ville, Mary-Love Caskey est la mère de l’héritier de la scierie. Elle voit d’un mauvais oeil l’attachement de son fils Oscar pour cette Elinor venue de nul part.

A-t-elle raison d’y voir un mauvais présage?

Le résumé de l’éditeur

Tout au long de ma lecture, j’ai mordu de plus en plus à l’hameçon. Je suis à présent tout à fait accro et j’ai envie de savoir qui est vraiment Elinor? Quelles sont ses réelles motivations?

L’écriture de Michael McDowell est agréable et envoutante. A l’image de cette jeune femme mystérieuse…

Alors? Prêt.e à te laisser posséder par Blackwater? Plutôt réservé.e face à cette folie littéraire? Dis-moi tout!

Albums jeunesses·Bandes dessinées·Young Adult

Elles – 2. Universelle(s) » d’Aveline Stokart et Kid Toussaint

Voici le deuxième tome de cette série BD superbe!

J’avais hâte. J’étais pressée de découvrir la suite d’Elles, la série créée par Kid Toussaint et Aveline Stokart publiée par les éditions du Lombard. Le tome 2 « Universelle(s) » était à peine sorti en librairie qu’il avait rejoint ma pal.

J’étais un peu hésitante à le lire. Ca m’arrive souvent quand il faut attendre de longs mois avant de découvrir la suite.

Fin juin, j’ai franchi avec délice le pas. Aucun regret. J’ai immédiatement retrouvé les dessins colorés d’Aveline Stokart. Kid Toussaint, le scénariste, fait quant à lui évoluer le personnage d’Elle, cette toute jeune femme aux troubles de la personnalité.

Elles est publié par une maison d’édition belge…Le Lombard!

Si le premier tome était orienté vers les relations entre Elle et ses pairs. Ce deuxième est quant à lui beaucoup plus basé sur la lutte intérieure que mène Elle pour asseoir sa véritable personnalité.

Je suis vraiment fan de cette BD .

Elle se remet difficilement des dernières épreuves qu’elle a eu à endurer.

Ses nombreuses personnalités en profitent pour s’imposer. L’une d’elle prend le contrôle: Bleu… Cette dernière est loin d’être postive et de tout repos. Elle est peu amicale.

Bleu amène Elle a avoir des comportements inadaptés et inadéquats. Heureusement, la jeune fille peut compter sur ses amis. Plus particulièrement sur Maëlys, elle réalise rapidement qu’Elle n’est pas au top de sa forme et ne lâche pas l’affaire.

T’as vu cette beauté?

Le seul défaut de cette BD est qu’il faut attendre avant d’avoir la suite.

Et puis aussi que quand la suite sera là, je la lirai en 2 coups de cuillère à pot.

Pffffff plus que combien de fois dormir?

Fantasy·Saga

Ekleipsis 1 – Les liens du sang de Mélody Gaillard

Le premier tome de la trilogie « Ekleipsis » est édité par Rebelle éditions.

Derrière cette belle couverture et ce titre mystérieux se cache tout un univers. Un univers magique. Un univers empli de mystères, de drames, d’aventures et de voyages.

Pénétrer dans Ekleipsis est un pas vers un autre monde. Ce monde de sorciers est né de l’imagination de Mélody Gaillard. Autrice du côté de Toulouse, Melody est infirmière dans le monde des Moldus.

Son adolescence a été bercée par les récits d’une certaine J.K.Rowling… Les sorciers sont naturellement à la une dans cette trilogie fantastique publiée par Rebelle éditions. Les trois tomes sont disponibles.

Dans ce premier tome, Mélody Gaillard plante un décor costaud et bien construit. Au fil des chapitres, nous découvrons Ekleipsis, une île où vivent de nombreux sorciers.

Les liens du sang est un roman fantastique.

Suite à une attaque perpétrée en 1984 par les sorciers noirs, le monde tel que nous le connaissons a été détruit. Après les pertes et souffrances endurées, les Natifs (Moldus) ont remis au gout du jour la chasse aux sorcières.

En 2020, Léa et son ami de toujours rêvent de quitter l’île le temps des vacances. La destination de leurs rêves…la France. Léa y a grandi. Une fois sur place, Léa aperçoit son jeune frère disparu quelques années plus tôt.

La jeune femme se met en tête de le retrouver quitte à mettre sa propre vie en danger.

Le résumé de l’éditeur.

Mon avis est en demi-teinte vis à vis de ce roman fantastique. Cette fois encore, je te demande de suivre ton instinct. Mon avis est informatif et personnel. Ma volonté n’est aucunement de te disuader de le lire. Loin de là!

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis pas une adepte de l’univers fantastique. Je le trouve souvent fort pourvu de descriptions en tout genre. Malheureusement, « Les liens de sang » n’a pas dérogé à la règle. Snif!

La mise en page du livre ne m’a pas aidée non plus. La maison d’édition a fait un réel travail graphique. Chaque page est illustrée de pierres. Chaque chapitre est présenté par un bandeau.

L’ensemble est joli. Cependant j’ai trouvé la mise en page du texte un peu chargée. Ma lecture aurait été plus aisée avec un espacement plus aéré. J’ai également ressenti par moment quelques longueurs ou sensations de répétitions.

Pourtant, l’écriture de l’autrice est inspirée. J’ai vraiment apprécié l’univers créé ainsi que les aventures de Léa.

Je soutiens Melody Gaillard et son très bon travail d’écriture. Je suis certaine que toi, fan du genre, tu vas adorer cette trilogie.

N’hésite pas à me partager ton avis quand tu l’auras lu.

Essai·Historique·livre audio

Les grandes oubliées: Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes de Titiou Lecoq

J’ai eu la chance de découvrir ce superbe essai grâce à Audiolib et Netgalley

Ces derniers temps, notre monde n’épargne pas les femmes. Malgré les lois, malgré les promesses, malgré les combats menés, les femmes restent encore invisibles.

Leurs cris ne sont pas entendus. Leurs douleurs ne sont pas comprises. Leurs talents ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Prends le temps de lire les commentaires en dessous des posts traitant des droits de femmes…Certains sont à vomir.

Sur l’histoire de l’Humanité, il est complexe de s’imaginer le rôle des femmes à travers les époques. Nous les imaginons dans les grottes de la préhistoire à couver leur nombreuse progéniture en même temps que le feu de la tribu.

La version papier est éditée par L’Iconoclaste.

A l’Antiquité, elles étaient lacives à Rome ou soumises à Athènes.

Au Moyen-Age, elles étaient bien à l’abri de hauts donjons, telles Raiponce, elles guettaient à travers les meurtrières le retour de leurs preux chevaliers…

Pour chaque époque, il est assez aisé de trouver une image de femmes dociles. Pourtant, il semblerait bien que la réalité des époques étaient bien différente de celle décrite dans nos manuels scolaires.

Dans son excellent essai « Les grandes oubliées, pourquoi l’Histoire a effacé les femmes » publié par L’Iconoclaste en version papier et adapté en audio par Audiolib , Titou Lecoq tente de remettre les pendules à l’heure.

La version audio est lue par l’autrice elle-même!

Elle réécrit ou rétablit l’Histoire avec succès en tenant compte de toutes ces sources et documents historiques mis volontairement de côté par la gente masculine bien pensante.

Pour ma part, j’ai eu la chance de découvrir la version audio. J’ai beaucoup aimé la lecture faite par l’autrice, elle-même. Une lecture par l’auteur.trice est pour moi un gage de réussite. Objectif atteint à la perfection!

Un fond sonore accompagne cette lecture au côté particulier. Il n’y a aucune longueur dans cet essai. Pas de temps morts. L’Histoire se déroule dans nos oreilles et la lecture en dynamise encore la véracité.

Fonce découvrir cet essai enrichissant!

A chaque écoute, j’avais l’impression d’aller rejoindre une copine ou un groupe de femmes. L’une d’entre elles nous partageait ses connaissances, ouvrait le débat, nous poussait dans nos retranchements, nos réflexions.

Ce livre est intéressant et instructif. Il me fait voir ma féminité différement. Il m’a chamboulé et a mis en mots certains choses que je devinais mais que notre monde rendait impossibles.

Non, les femmes n’ont pas toujours été des rôles secondaires. Non, les femmes n’ont pas toujours été dans l’ombre des hommes… Tu es comme moi? Tu t’en doutais un peu? Voir même beaucoup?

Que ce soit en audio ou sous son format papier, je te conseille de ne pas passer à côté de ce livre hyper important.

Eclairer nos croyances, améliorer nos connaissances, nous tenir informées est plus qu’indispensable dans ce monde qui modifie les droits des femmes en fonction des convictions philosophiques ou religeuses d’une poignée d’hommes.

Alors partant.e?