Fantastique·Littérature belge·Roman·Romance·Saga

Witch games de Shana Lyès

This is Halloween! This is Halloween! This is Halloween!

Je n’attends pas la période d’Halloween pour lire des histoires de sorcières, de vampires ou de fantômes. Je prends les lectures comme elles arrivent et en fonction de mes aspirations du moment. Mais ce soir, c’est Samain, une fête importante dans le calendrier sorcier.

Samain est l’annonce de l’hiver…qui malgré les températures estivales de ces derniers jours est en effet en mode approche. Le changement d’heure de ce week-end a sonné le glas de la luminosité. La période sombre débute.

Samain est aussi une période où la durée entre le jour et la nuit est quasi identique. Cela permet un passage plus aisé entre le monde des humains et l’Autre monde. En tout cas, nombreux sont ceux à profiter de ce moment pour lire des histoires qui font peur.

Sorcières, vampires, loups-garous sortent de nos bibliothèques et accompagnent nos après-midis pluvieux.

Aujourd’hui, je profite donc de Samain pour te présenter un roman que je suis certaine que peu d’entre vous connaissent. « Witch games » est sorti au printemps dernier chez &H. La maison d’édition connue pour ses romances a décidé de lancer une collection plus fantastique.

Elle démarre fort avec le premier roman de Shana Lyès. Shana est liégeoise et donc une de mes compatriotes. Peut-être la connais-tu mieux sous le pseudo Astro.lya sur Instagram? Son compte te permet de t’ouvrir à l’astrologie.

« Liaison interdite » est, je l’espère, le premier tome d’une longue série de romans mettant en scène une sorcière des temps modernes: Freïa. Shana a créé son univers de toute pièce en s’inspirant de Bruxelles et de ses environs. Je suis fan!

Il est évidemment grandement question d’amour dans ce roman…enfin si Freïa accepte de succomber aux charmes du beau jeune homme lui ayant sauvé la vie. Et ça, ce n’est pas gagné… Freïa s’est juré de ne jamais tomber amoureuse, et encore moins d’un humain…

Ce roman est un délicieux intermède entre deux lectures plus prises de tête. Il m’a apporté détente et plaisir. En plus, les personnages sont méga attachants. Shana nous offre même les thèmes astraux des plus importants. Si ça c’est pas sympa!

Le texte est relativement classique tout comme les rebondissements. « Witch games » est un roman à lire pour s’offrir évasion, légers frissons et bonnes vibrations. La littérature moderne nous offre l’opportunité de ce genre de récit…alors goooooooo sans hésitation!

Fantastique·Historique·littérature américaine·Saga·Saga familiale

Blackwater: La crue de Michael McDowell

Ce roman des années 80 réédité par les éditions Monsieur Toussaint Louverture fait le buzz!

Je t’entends, toi le.a sceptique.

Celui.le qui pense trop fort.

Je t’entends te dire mentalement: « Encore une qui a succombé au matraquage et à la campagne marketing sans faille des éditions Monsieur Toussaint Louverture ».

Pense ce que tu veux.

Tu as grandement raison.

Et tu sais quoi?

J’ai kiffé à donf!

Premier de 6 tomes, La crue est un petit bijou visuel.

Blackwater est absolument partout depuis des semaines sur #bookstagramfrance. Tout le monde ou presque vente cette fabuleuse couverture (les autres sont canons également), cette histoire, ce découpage…

J’avais deux options:

Option 1: fuir

Option 2: me faire mon propre avis

Je n’ai pas résisté à la beauté de l’objet, à l’histoire intrigante, au format poche léger et pratique, au prix mini de 8, 40€ le livre… Comment ne pas succomber à ce merci écrit juste à côté du prix?

Et tu sais quoi? J’ai bien fait.

Un petit aperçu…

Dire que j’ai été emportée dès les premières pages serait un pieux mensonge.

Non, non.

La magie Blackwater a progressivement pris possession de moi.

Son atout coeur est sans hésitation le personnage d’Elinor.

Sortie de nul part, la jeune femme aux cheveux de feu est une des rescapées de la crue. L’eau est sortie de son lit et a inondé la ville de Perdido (mais quel nom…) en Alabama.

Nous sommes en 1919, à la croisée entre deux ères… La première guerre mondiale a tiré un trait sur les vestiges du 19ème siècle. Sauvée des eaux ou presque, Elinor s’installe dans la ville.

Elle conquiert le coeur de tous les habitants…à l’exception de celui de Mary-Love. Notable de la ville, Mary-Love Caskey est la mère de l’héritier de la scierie. Elle voit d’un mauvais oeil l’attachement de son fils Oscar pour cette Elinor venue de nul part.

A-t-elle raison d’y voir un mauvais présage?

Le résumé de l’éditeur

Tout au long de ma lecture, j’ai mordu de plus en plus à l’hameçon. Je suis à présent tout à fait accro et j’ai envie de savoir qui est vraiment Elinor? Quelles sont ses réelles motivations?

L’écriture de Michael McDowell est agréable et envoutante. A l’image de cette jeune femme mystérieuse…

Alors? Prêt.e à te laisser posséder par Blackwater? Plutôt réservé.e face à cette folie littéraire? Dis-moi tout!

Fantasy·Saga

Ekleipsis 1 – Les liens du sang de Mélody Gaillard

Le premier tome de la trilogie « Ekleipsis » est édité par Rebelle éditions.

Derrière cette belle couverture et ce titre mystérieux se cache tout un univers. Un univers magique. Un univers empli de mystères, de drames, d’aventures et de voyages.

Pénétrer dans Ekleipsis est un pas vers un autre monde. Ce monde de sorciers est né de l’imagination de Mélody Gaillard. Autrice du côté de Toulouse, Melody est infirmière dans le monde des Moldus.

Son adolescence a été bercée par les récits d’une certaine J.K.Rowling… Les sorciers sont naturellement à la une dans cette trilogie fantastique publiée par Rebelle éditions. Les trois tomes sont disponibles.

Dans ce premier tome, Mélody Gaillard plante un décor costaud et bien construit. Au fil des chapitres, nous découvrons Ekleipsis, une île où vivent de nombreux sorciers.

Les liens du sang est un roman fantastique.

Suite à une attaque perpétrée en 1984 par les sorciers noirs, le monde tel que nous le connaissons a été détruit. Après les pertes et souffrances endurées, les Natifs (Moldus) ont remis au gout du jour la chasse aux sorcières.

En 2020, Léa et son ami de toujours rêvent de quitter l’île le temps des vacances. La destination de leurs rêves…la France. Léa y a grandi. Une fois sur place, Léa aperçoit son jeune frère disparu quelques années plus tôt.

La jeune femme se met en tête de le retrouver quitte à mettre sa propre vie en danger.

Le résumé de l’éditeur.

Mon avis est en demi-teinte vis à vis de ce roman fantastique. Cette fois encore, je te demande de suivre ton instinct. Mon avis est informatif et personnel. Ma volonté n’est aucunement de te disuader de le lire. Loin de là!

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis pas une adepte de l’univers fantastique. Je le trouve souvent fort pourvu de descriptions en tout genre. Malheureusement, « Les liens de sang » n’a pas dérogé à la règle. Snif!

La mise en page du livre ne m’a pas aidée non plus. La maison d’édition a fait un réel travail graphique. Chaque page est illustrée de pierres. Chaque chapitre est présenté par un bandeau.

L’ensemble est joli. Cependant j’ai trouvé la mise en page du texte un peu chargée. Ma lecture aurait été plus aisée avec un espacement plus aéré. J’ai également ressenti par moment quelques longueurs ou sensations de répétitions.

Pourtant, l’écriture de l’autrice est inspirée. J’ai vraiment apprécié l’univers créé ainsi que les aventures de Léa.

Je soutiens Melody Gaillard et son très bon travail d’écriture. Je suis certaine que toi, fan du genre, tu vas adorer cette trilogie.

N’hésite pas à me partager ton avis quand tu l’auras lu.